3 min de lecture Emploi

Crise économique : "Les salariés les plus pauvres l'ont subie", analyse Lenglet

ÉDITO - Les mesures mises en place par le gouvernement face è la crise économique ont permis de modérer ses effets, mais les plus précaires restent les plus frappés.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Crise économique : "Les salariés les plus pauvres l'ont subie", analyse Lenglet Crédit Image : PASCAL GUYOT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Ryad Ouslimani

On en sait un peu plus sur l'impact du confinement sur les revenus des ménages français. C'est le résultat d'une étude faite par l'Institut des Politiques Publiques, l'IPP, sous l'égide de l'école d'économie de Paris. En fait, les conséquences de la crise que nous subissons sont très inégalement réparties. D'abord parce que les différents secteurs ont bien sûr été touchés différemment. 

Pour la restauration, il s'agit d'une vraie dépression, pour l'industrie agro-alimentaire, la situation est bien meilleure. Ensuite parce que certains postes peuvent être effectués en télétravail, et d'autres pas. Et enfin parce que la part des contrats précaires, CDD et intérim, varie beaucoup selon les secteurs et les niveaux de revenus.

Ce qui est frappant, c'est que les catégories sociales les plus exposées sont les actifs les plus modestes qui travaillent dans les secteurs qui souffrent le plus du confinement. Tout simplement parce que les salaires les plus faibles se trouvent dans les services, qui sont justement touchés par l'épidémie. 

Les aides ont limité les effets de la crise

De surcroît, les salariés les plus modestes sont les moins susceptibles de télétravailler. Leur travail requiert une présence physique, contrairement aux employés de bureaux ou aux cadres, qui peuvent exercer à distance. Enfin, les contrats précaires se concentrent évidemment au bas de l'échelle des salaires, ils sont plus de 50% chez les 20% de salariés les moins payés. Autant dire que ce sont les salariés les plus pauvres qui ont subi la crise, bien davantage que les autres.

À lire aussi
Selon une étude The Lancet, la Chine pourrait perdre la moitié de ses habitants d'ici 2100. démographie
Dette publique : pourquoi le retour de l'inflation est une bonne nouvelle

Les aides sociales mises en place par le gouvernement ont permis de limiter les effets de cette crise, très nettement. Quand on compare les revenus des ménages pendant la crise à ceux de l'avant-crise, on constate que les pertes de revenus sont faibles, en moyenne bien sûr. Et que c'est dans la classe moyenne française qu'elles sont les plus marquées, avec -0,4%. 

Les plus pauvres ne travaillaient pas, ils n'ont donc pas vu leur niveau de vie changer. Quant aux plus riches, ils n'ont pas non plus subi de pertes de revenu, parce qu'ils télétravaillent et que leur salaire n'a pas changé. Mais subsistent deux trous noirs importants, les jeunes, qui n'ont pas pu trouver d'emploi, et les précaires, qui ont perdu leurs emplois.

Le risque a court terme contenu

Pour les entreprises, c'est exactement comme pour les ménages, l'impact de la crise est très inégal. Une entreprise française sur quatre a subi une perte de chiffre d'affaires supérieure à 50%. Et à l'autre extrémité, un quart des entreprises n'ont pas été touchées, ou ont même connu des progressions de chiffre d'affaires.

Les politiques d'aide - chômage partiel, fonds de solidarité - ont pour le coup pas si mal fonctionné. Les secteurs les plus aidés sont ceux qui ont pris le choc le plus violent : hôtellerie restauration, transport et commerce. Et au total, seul 1% des entreprises ont fait faillite, c'est extraordinairement peu compte tenu de l'ampleur de la récession. C'est bien sûr lié à l'importance des aides qui ont été mises en œuvre par le gouvernement pour contrer les effets de la récession. Tout cela au prix de dizaine de milliards d'euros, bien sûr. 

Comme le dit Eric Woerth, parlementaire LR et président de la Commission des Finances de l'Assemblée, on a échangé un risque social de court terme, la faillite et le chômage, contre un risque financier de long terme, avec l'augmentation spectaculaire du déficit et de la dette publique française.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Crise économique Récession
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants