2 min de lecture Santé

Coronavirus : "Ceux qui font tourner le pays, c'est la France du Smic", dit Lenglet

ÉDITO - Avec la crise du coronavirus, une prise de conscience émerge sur l'importance des métiers essentiels à la vie quotidienne.

Francois Lenglet Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Coronavirus : "Ceux qui font tourner le pays, c'est la France du smic", dit Lenglet Crédit Image : Pascal GUYOT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par William Vuillez

La crise sanitaire nous fait redécouvrir l'importance de certains métiers, des métiers qui sont indispensables à la vie quotidienne comme les routiers, les caissières, les livreurs, les éboueurs, les aides-soignantes. Ce sont les fantassins de l'économie, ceux que Macron, à une autre époque, appelait les "sans grade". Et alors que tous les cols blancs ou presque sont en télétravail parce que leur activité peut généralement se poursuivre à distance, grâce aux outils de télécommunications, eux sont collés à leur boulot et exposés au risque de contamination, au moins pour ceux qui sont au contact du public.

Sur le plan de la santé stricte, le virus est bien sûr indifférent aux classes sociales. Il frappe n'importe qui. Encore que... Hier, le Premier ministre a été interpellé par un citoyen qui demandait pourquoi les responsables politiques et les célébrités étaient semble t-il plus testés au virus, en France, que la population générale. Ce qui témoignerait d'une différence de traitement chez les patients avérés ou supposés. Sa réponse n'a pas été très convaincante. Mais c'est surtout la situation de confinement qui exacerbe les différences sociales. Parce que les uns, pour nourrir les autres, doivent continuer à travailler.


C'est d'autant plus frappant que les salaires de ces métiers sont les plus faibles. En gros, ceux qui font tourner le pays au plan matériel, c'est la France du Smic. Ce sont en effet les métiers les plus mal payés, qui font des tâches sans lesquelles la vie quotidienne serait un enfer. Voire pas possible, regardez l'alimentation. Notre hiérarchie sociale et salariale ne tient pas compte de cette importance. Idem au plan social, la loi d'urgence votée il y a quelques jours assouplit le code du travail, en élargissant les horaires, pour ces métiers indispensables. Ce qui renforce encore la différence avec les employés de bureau et les cadres, qui travaillent de chez eux ou bien ceux sont au chômage partiel.

Une prime pour les salariés qui continuent à travailler

La prime de 1.000 euros défiscalisée, payée par l'employeur, devrait être largement utilisée. Mercredi, elle a d'ailleurs été portée à 2.000 euros potentiellement, justement pour donner une gratification salariale à l'armée des ombres dont le pays a besoin. Et différence sera faite entre ceux qui sont en télétravail, moins bien primés, et ceux qui sont en magasin ou sur les routes.

À lire aussi
Julian Assange, le 1er mai 2019 à Londres Wikileaks
Julian Assange dit entendre des voix et de la musique en prison


Les grandes enseignes de la distribution incitent leurs magasins à utiliser largement la prime, justement pour récompenser le travail. Il est frappant de voir que les entreprises sont beaucoup plus vigilantes sur les écarts de rémunération depuis le début de cette crise inédite. Hier, c'est Accor, le géant hôtelier, en pleine tourmente avec l'effondrement des voyages, qui annonçait à la fois fermer temporairement les deux tiers de ses hôtels dans le monde, renoncer à verser aux actionnaires leurs dividendes, réserver une partie de la somme aux salariés malades, et baisser la rémunération de ses dirigeants.

Et cela ne vaut pas que pour la France. Même Schroeders, l'un des investisseurs les plus importants de la City londonienne, recommande désormais aux entreprises de faire passer les salariés et les clients au détriment des dividendes pour les actionnaires et des rémunérations de la direction, qui doivent être réexaminées.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Tendances Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants