1 min de lecture Emploi

Coronavirus : 4 millions de salariés concernés par le chômage partiel, annonce Pénicaud

La ministre du Travail Muriel Pénicaud, estime désormais à quatre millions le nombre de salariés ayant recours au chômage partiel. Ce jeudi 2 avril, 400.000 entreprises sont concernées.

Muriel Pénicaud, à l'Assemblée nationale, le 24 mars 2020
Muriel Pénicaud, à l'Assemblée nationale, le 24 mars 2020 Crédit : JACQUES WITT / POOL / AFP
Marie Gingault et AFP

L'épidémie de coronavirus continue ses ravages dans le monde. En France, le recours au chômage partiel a de nouveau augmenté ces dernières 24 heures. Sont désormais concernés quatre millions de salariés dans 400.000 entreprises, a annoncé ce jeudi 2 avril la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.


"C'est une montée en puissance extrêmement forte. Ça veut dire qu'il y a un salarié sur cinq du secteur privé, entreprises ou associations, qui est au chômage partiel", a-t-elle déclaré sur France Info. Mardi 31 mars, 337.000 entreprises avait demandé le recours à l'activité partielle, sur laquelle mise le gouvernement pour éviter des licenciements. Cela signifie qu'en deux jours, 63.000 entreprises supplémentaires sont au chômage partiel.

Interrogée sur le coût de cette mesure pour les finances publiques, Muriel Pénicaud n'a pas donné de chiffre mais a assuré que l'État paierait "coûte que coûte". Son entourage avait évoqué mercredi 1er avril, une dépense potentielle de 11 milliards d'euros sur trois mois. Ces dépenses seront assumées aux deux tiers par l'État, le dernier tiers le sera par l'Unédic.

Un employeur n'est pas responsable si un salarié tombe malade et attrape le coronavirus

Muriel Pénicaud, ministre du Travail
Partager la citation

Sur France info, Muriel Pénicaud a également critiqué les initiatives de certains employeurs, qui tentent de faire revenir travailler leurs salariés en leur faisant signer des décharges de responsabilité. Dans celles-ci les salariés s'engagent à ne pas poursuivre leurs employeurs s'ils contractent le Covid-19. "Ça ne sert à rien, ça n'a aucune valeur juridique", a insisté la ministre, en rappelant que la responsabilité des employeurs portait de toute façons uniquement sur les "moyens" de protection mis en place face au coronavirus.

"Un employeur n'est pas responsable si un salarié tombe malade et attrape le coronavirus, qui peut malheureusement être attrapé partout". Mais "s'il n'a pas mis en place le guide de bonnes pratiques, les gestes barrière, à ce moment là il engage sa responsabilité", a souligné Muriel Pénicaud.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Coronavirus Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants