3 min de lecture Économie

Réforme des retraites : quel est l'impact économique des manifestations ?

Une semaine après le début de la contestation contre la réforme des retraites, certains effets d'un ralentissement de l'activité économique sont à constater.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Réforme des retraites : quel est l'impact économique des manifestations ? Crédit Image : Damien MEYER / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Louis Rigaudière

L'activité économique a clairement ralenti au cours de ces derniers jours. Pour s'en rendre compte, il faut regarder les transactions des cartes bancaires. Avec le Black Friday, on avait battu un record en enregistrant plus de 56 millions de transactions sur cette journée d'hyper consommation. Le week-end dernier, on était légèrement sous le barre des 50 millions de transactions. Autrement dit, au niveau du premier week-end de décembre 2018, en plein mouvement des "gilets jaunes".

Quand on regarde la progression ininterrompue des paiements par carte, environ 10% de hausse tous les ans, on voit bien que la consommation s'est arrêtée au cours des derniers jours. Le premier week-end de décembre est traditionnellement le plus gros week-end de consommation de l'année. La CPME, qui représente les petites et moyennes entreprises, a chiffré l'impact de la seule journée de mobilisation du 5 décembre à 400 millions d'euros de pertes pour l'ensemble des acteurs économiques.

On est sans doute sur un ralentissement de notre croissance de 0,1%. Les commerces de centre-ville parlent d'une chute de l'activité de 20 à 30% depuis une semaine. Et ce ne sont pas les seuls perdants. Il y a bien sûr aussi les transports. Pour la SNCF et la RATP, la facture est salée avec cette baisse d'activité. À la SNCF, on chiffre la perte à 140 millions d'euros à ce jour et pour la RATP à 21 millions. Mais l'impact sur l'économie n'est pas le même que pour le commerce.

Des acteurs économiques déjà fragilisés

D'abord, les transports du quotidien, qui sont les plus impactés, sont aussi les plus subventionnés, quelque part cette chute d'activité est amortie. Et, pour le moment, ceux qui ont réservé des trains pour la fin d'année n'ont pas encore décommandé.

À lire aussi
Dans l'usine de montage de Dacia à Tanger auto
Renault a limité la casse en 2019 grâce à Dacia

Pour le commerce, c'est différent. Si on reprend l'historique des grands mouvements sociaux de notre pays, on s'aperçoit que notre économie est résiliente. Il y a un coup d'arrêt momentané mais, en général, on reporte sa consommation ou ses achats de quelques semaines et on finit par rattraper ce qu'on a perdu pendant la grève. Surtout qu'on a une épargne de précaution qui permet de compenser la perte de salaire pour ceux qui se sont mis en grève.

Mais, cette fois, pour le commerce, c'est différent. Car, il s'agit du mois de décembre. On sait très bien que les ventes qui ne se feront pas en décembre pour les fêtes ne se feront pas après. C'est 10 à 20% du chiffre d'affaires de la plupart des magasins de centre-ville.
C'est aussi le deuxième mois de décembre de suite qui est plombé par des mouvements sociaux, on a donc des acteurs économiques qui sont déjà fragilisés.

Des emplois créés au 3e trimestre

On pourrait croire que le e-commerce en ressort gagnant mais non. Pas de constat pour le moment. D'ailleurs, l'an dernier, les plateformes n'avaient pas tellement profité du mouvement des "gilets jaunes". En revanche, on avait assisté à un rallye. 

Pour autant, une petite hausse des créations d'emplois au 3ème trimestre est à noter : +0,2% 42.300 en tout. On est sur le même rythme depuis le début de l'année. C'est modeste mais ça reste bien orienté avec quand même 17.400 créations dans l'industrie en un an, ce qui est le meilleur niveau depuis 20 ans.

La note : 10/20 aux hypermarchés

Le magazine professionnel Linéaires s'est penché sur le "mal des hypermarchés". Le modèle est vraiment attaqué par l'envie de consommer bio et de favoriser le circuit court. Selon le magazine, les hypers Carrefour, Auchan et Casino ont perdu 2,7 milliards de chiffre d'affaires entre 2014 et 2018.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Réforme des retraites Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants