1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Présidentielle 2022 : à Emmerin, l'écologie et l'entraide guident les jeunes parents
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : à Emmerin, l'écologie et l'entraide guident les jeunes parents

REPORTAGE - Un de nos reporters est retourné à Emmerin, ville de la banlieue de Lille qui a voté exactement comme le reste de la France en 2017, pour prendre la température à cinq mois de la présidentielle.

Le Palais de l'Élysée, le 12 mars 2019
Le Palais de l'Élysée, le 12 mars 2019
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Retour à Emmerin, la petite ville du Nord qui vote comme la France
03:52
Retour à Emmerin, la petite ville du Nord qui vote comme la France
03:52
William Galibert - édité par Sarah Belien

Il y un mois, nous partions à la rencontre des habitants d’Emmerin, petite commune de la banlieue de Lille qui a la particularité d’avoir, en 2017, voté exactement comme le reste du pays lors de l'élection présidentielle. Nous y sommes retournés vendredi 12 novembre.

C’est presque l’hiver à Emmerin et une douce odeur de feu de cheminée enveloppe les rues. Lors de notre première visite, beaucoup parlaient de la fermeture des commerces de la commune et pour le dire clairement, on était un peu au bord de la déprime. Cette fois, nous sommes allés chercher un peu d’espoir à la sortie de l’école primaire.

Maxime, ingénieur à l’hôpital de Lille, est venu à vélo chercher sa petite dernière. "Nous, on y vit bien puisque ça fait 14 ans. C'est la deuxième maison qu'on achète, le village est agréable, il y a une vie associative, il y a des clubs sportifs, une école très sympa. Mon fils a pratiqué le foot et le tennis, ma femme fait partie de l'association de parents d'élèves. On s'est complètement intégré par l'école avec tous les autres parents d'élèves qui sont devenus des bons amis depuis maintenant plus de 10 ans", assure Maxime.

L'écologie et l'entraide reviennent souvent

C’est l’humain qui reprend le dessus. Il n'y a plus de boulangerie, plus de boucherie, mais mieux que ça : il y a les copains, l’entraide, la solidarité. Un exemple concret donné par Annabella et Jean-Philippe. "Il y a des groupes sur les réseaux sociaux d'échanges entre voisins, par exemple de vêtements, de meubles. Il y a beaucoup de solidarité", dit la première. "Il y a un groupe sur WhatsApp qui permet de demander si j'ai besoin par exemple d'une chaise bébé pour le week-end, il y a possibilité d'avoir ça facilement", expose le second.

À écouter aussi

L’entraide, la solidarité, c’est ça qui va guider le vote de ces jeunes parents avec aussi un autre mot que nous n'avions pas entendu le mois dernier : l'écologie. On trie ses déchets, on a un potager, on fait attention. Reste à savoir qui, pour incarner tout ça, mais aucun nom n'est sorti, on a tordu le nez, ou juste franchement soupiré.

Avec des promesses, on meurt de faim

Patricia, habitante d'Emmerin

Nous avons également eu la chance de regarder l’allocution d’Emmanuel Macron avec Patricia, ancienne gérante de bar tabac, questionnée il y a un mois. Autre génération, autres préoccupations. Patricia n’a toujours pas trouvé le remplaçant de son Nicolas Sarkozy adoré. Pas emballée par le président sortant, mais pas plus par ses concurrents.

"Je trouve qu'il est mignon, attention. Il a de la classe, mais je trouve qu'il est jeune. Il est un peu prétention. On ne sait point si les autres sont mieux. Eric Zemmour il me fait peur, il a une tête de corpo. Xavier Bertrand, je l'aime bien mais je ne le vois pas avec l'étoffe d'un Président. Le problème, c'est qu'on nous fait des promesses. Mais avec des promesses, on meurt de faim", rit Patricia. Ressenti après ce deuxième passage par Emmerin : à cinq mois du vote, l’intérêt monte, c’est clair. Mais l’enthousiasme lui, n’a toujours pas décollé.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/