1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Médenpharkiné, une prépa-médecine pour les étudiants défavorisés
3 min de lecture

Médenpharkiné, une prépa-médecine pour les étudiants défavorisés

REPORTAGE - À Marseille, une prépa gratuite a ouvert ses portes pour les étudiants des quartiers prioritaires. "Médenpharkiné" leur vient en aide pour les concours de médecine, dentaire, pharmacie et kinésithérapie.

Un étudiant, qui suit des cours à distance (illustration)
Un étudiant, qui suit des cours à distance (illustration)
Crédit : Marie Magnin / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Médenpharkiné, une prépa-médecine pour les étudiants défavorisés
03:28
Etienne Baudu

C'est une première en France. À Marseille, une écurie de médecine gratuite a ouvert ses portes pour les étudiants des quartiers prioritaires. Objectif : les préparer aux difficiles sélections en médecine, en dentaire, pharmacie et kinésithérapie, d'où son nom "Médenpharkiné".
 
 Alors que la plupart des étudiants qui préparent médecine s'inscrivent dans ce qu'on appelle des "écuries" souvent très onéreuses, cette prépa gratuite vise à lutter contre les inégalités dans l'accès et l'accompagnement dans les études supérieures

C'est d'ailleurs à partir de ce constat que l'association le Sel de la Vie s'est créée l'été dernier en pleine pandémie, après le premier confinement. Au-delà de la détresse sanitaire et alimentaire que les quartiers populaires traversaient, et qu'ils traversent toujours d'ailleurs, les membres de cette association qui sont pour la plupart des enseignants ont également constaté les décrochages scolaires plus nombreux, les difficultés à suivre les cours à distance y compris pour les étudiants, et les problèmes encore plus importants que d'habitude d'accès aux études supérieures

Créer un environnement favorable pour étudier

"Il fallait lever les obstacles et les freins psychologiques auxquels viennent se rajouter les freins d'ordre matériel financier, parce que ça coûte de faire une vraie écurie. C'est, au bas mot, entre 4.000 et 5.000 euros", explique Aïssa Grabsi, professeur d'économie et président de la jeune association. "Et donc, quand on vient de milieux plutôt modestes, voire défavorisés [...] on rentre dans une dynamique pernicieuse. On peut avoir un rêve, un fantasme qui s'éloigne et un parcours d'obstacles qui se succèdent avec, au milieu, carrément des abîmes dans le parcours. Du coup, on y renonce avant même d'avoir commencé à y penser", poursuit-il.
 
Dès l'été dernier, au cœur des vacances scolaires, l'association le Sel de la Vie a donc mis en place la première promotion de cette prépa gratuite, composée d'une quinzaine d'étudiants. Tout le monde est mis à contribution, y compris des étudiants issus de ces quartiers populaires qui ont déjà réussi

Parmi ces tuteurs tous bénévoles, Sammy. Il est en deuxième année de médecine. Il a accepté de donner de son temps et des cours de maths. Il accompagne les étudiants mais aussi leurs parents. Ce n'est parfois pas si évident et c'est pourtant primordial. "Très concrètement, c'est faire en sorte de calmer les petits frères qui font du bruit, de préparer les repas en temps et en heure, de réserver un petit coin calme. C'est tout cet aspect, cet environnement favorable que les parents peuvent apporter à leurs enfants et qui contribueront grandement à la réussite de leur enfant", raconte-t-il.

Des jeunes de la prépa Médenpharkiné
Des jeunes de la prépa Médenpharkiné
Crédit : Etienne Baudu / RTL

"On peut le faire finalement"

À lire aussi

Karim, lui, est un des étudiants soutenus par cette prépa solidaire. Avant qu'elle ne soit créée, il avait déjà intégré une écurie privée. Il a réussi à être accepté en deuxième année. "C'est une autre approche finalement que les écuries privées. La finalité, c'est le soutien. Ce soutien, c'est un soutien psychologique, soutien moral, soutien scolaire, parce qu'il nous apporte également des connaissances", témoigne Karim. "On a beaucoup d'acteurs finalement, dans cette écurie, qui ont pris le même chemin, qui savent nous parler. Ils savent nous rassurer et ils savent nous accompagner. Ils ont un parcours qui nous amène à prendre conscience et à se dire nous aussi, on peut le faire finalement."

Ces inégalités au départ peuvent fragiliser certains étudiants. D'où la présence d'un psychiatre dans l'association. La prochaine étape de l'association est de trouver au plus près de la fac de médecine des locaux et des logements pour les étudiants, ainsi que de nouveaux partenaires. En attendant, le bilan de la promotion est positif : 4 étudiants sur les 15 passent en deuxième année de médecine. La prochaine promotion s'appellera Axel Kahn, en hommage au célèbre généticien. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/