1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Gilets jaunes" : comment les Français changent leurs habitudes de consommation
2 min de lecture

"Gilets jaunes" : comment les Français changent leurs habitudes de consommation

VIDÉO - Un tiers des Français a modifié ses habitudes d'achat le samedi de manifestations des "gilets jaunes", selon le baromètre Fiducial-Odoxa pour "Le Figaro". À Strasbourg comme à Bordeaux, clients et commerçants s'organisent.

"Gilets jaunes" : comment les Français changent leurs habitudes de consommation
"Gilets jaunes" : comment les Français changent leurs habitudes de consommation
Crédit : M6info
VIDÉO - "Gilets jaunes" : comment les Français changent leurs habitudes de consommation
00:02:31
"Gilets jaunes" : comment les Français changent leurs habitudes de consommation
00:02:26
La rédaction de M6 - édité par Julien Chabrout

Le mouvement des "gilets jaunes" a contraint les Français à adapter leurs habitudes de consommation. Selon le baromètre Fiducial-Odexa pour Le Figaro, 30 % d'entre eux ont en effet modifié leurs habitudes d'achat le samedi de manifestations.

C'est notamment le cas à Strasbourg. Une pâtisserie située en plein centre de la ville alsacienne a ainsi prévenu ses clients : les commandes étaient à retirer avant midi ce samedi 27 avril et le magasin a fermé ses portes au plus tard à 15 heures.
 
"Il est préférable de ne pas ouvrir car les gens n'étaient même pas au courant à la base. Ces derniers jours, ils ont pris connaissance de la manifestation à Strasbourg et ils ont décidé ne pas venir", déclare le gérant de cette pâtisserie.

Les plus gros chiffres d'affaires de la semaine le samedi

Les clients s'organisent aussi. Essentiellement dans les grandes agglomérations : 58 % effectuent leurs achats un autre jour, car 73 % des Français redoutent les pillages et les saccages. "Cela peut vite dégénérer donc il faut prendre des précautions effectivement", lance une passante.

À Strasbourg, ce samedi, trois quartiers ont été interdits aux manifestants, notamment celui des institutions européennes comme le Parlement ou le Palais des Droits de l'Homme. À un mois des élections européennes, le 26 mai prochain, le mouvement des gilets jaunes espérait fédérer des contestataires au-delà des frontières, Allemands, Belges ou Italiens.
 
À Bordeaux aussi, commerçants et riverains sont lassés. "On va essayer d'éviter les troubles éventuels", déclare une passante. "Il faut savoir que ça nous met vraiment en péril parce que les samedis ce sont nos plus gros chiffres d'affaires de la semaine", souligne une vendeuse.

À lire aussi

Les professionnels du tourisme ne souffrent pourtant pas tant des gilets jaunes. "C'est sûr qu'au moment des manifestations il est impossible de faire des petits tours en ville, des visites à pieds ou en bus cabriolet donc là-dessus on a enregistré une baisse mais il y a beaucoup d'autres choses à faire à Bordeaux", affirme Stéphan Delaux, adjoint du maire de Bordeaux en charge du tourisme. Ce samedi, encore, il faudra attendre la fin de l'après-midi pour faire le bilan de la mobilisation et ses conséquences.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.