2 min de lecture langue française

Les signes de ponctuation : petits mais costauds

L’importance de la ponctuation est trop souvent sous-estimée. Elle est indispensable, nous démontre Muriel Gilbert.

Muriel Gilbert Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert
>
Les signes de ponctuation : petits mais costauds Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert

Un de nos auditeurs, Boris, m’a demandé, sur langue@rtl.fr, de réparer une injustice. Boris m’écrit qu’il "aime beaucoup la ponctuation, dont l’importance est très injustement sous-estimée." Et je suis bien d’accord avec lui : ce n’est pas parce que les signes de ponctuation sont petits qu’ils ne sont pas super costauds. 

La ponctuation est un code, explique l’un des papes français de la question, Jacques Drillon. "Tous les signes de ponctuation sont des raccourcis", des ellipses. "Dans une énumération, au lieu de dire et…, et…, et…, on a réduit la coordination à un petit signe, une virgule. Quand la virgule d’une énumération est posée entre deux termes, le lecteur sait qu’il faut penser et. (…) Il en va de même des autres signes. Un guillemet signifie : je cite (…). Descartes aurait pu écrire son cogito "Je pense : je suis." Car le deux-points signifie "donc" - entre autres !

Et bien entendu, on ne saurait aujourd’hui se passer de ponctuation. La preuve ?
Si je dis : "Muriel dit cette chronique est idiote". Sans ponctuation dans la phrase, difficile de décider ce que cela signifie. On peut comprendre : "Muriel dit : 'Cette chronique est idiote.'" ou  "Muriel, dit cette chronique, est idiote." Les deux versions sont correctes, seulement dans l’une la chronique est idiote, dans l’autre c’est moi qui le suis. Un autre exemple, bien connu. La phrase : "Venez manger les enfants !" Si vous ne mettez pas de virgule après manger, ce sont les enfants qui sont au menu. Bref, si la ponctuation n’existait pas, il faudrait l’inventer.

À lire aussi
Un dictionnaire annoté (illustration) langue française
Vu son expérience ou vuE son expérience ?

À quand remonte la ponctuation ?

D’ailleurs, qui l’a inventée ? On ne sait pas trop, mais elle n’a pas toujours existé, loin de là. Le blanc même entre les mots, quinoussemblesinatureletsanslequellalecturedunephrase
écritenousestdevenuequasimentimpossible, est une invention géniale qui ne s’est vraiment répandue dans les manuscrits qu’à partir du VIIème siècle. 


Auparavant, les mots étaient collés les uns aux autres, comme si c’était un seul et même mot du début à la fin du texte ! Vous imaginez ? Les premières traces de ponctuation, quant à elles, remonteraient selon certains aux dramaturges de la Grèce antique, qui cherchaient par des signes à indiquer aux comédiens les moments où respirer en déclamant leurs textes.

Selon d’autres, l’idée serait venue aux lettrés de la bibliothèque d’Alexandrie, entre le IIIème et le IIème siècle avant notre ère. Mais quoi qu’il en soit, les signes de ponctuation ne se sont vraiment installés en France qu’au XVIème siècle, avec l’imprimerie, ce qui est finalement plutôt récent.

Nous verrons demain que les grandes règles qui régissent la ponctuation ne sont pas si rigides que certains le craignent parfois. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
langue française Histoire Mots
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797161566
Les signes de ponctuation : petits mais costauds
Les signes de ponctuation : petits mais costauds
L’importance de la ponctuation est trop souvent sous-estimée. Elle est indispensable, nous démontre Muriel Gilbert.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/les-signes-de-ponctuation-petits-mais-costauds-7797161566
2019-03-09 09:21:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/hXLwLtpTpa1EJvUXOBykMQ/330v220-2/online/image/2019/0308/7797161607_point-d-interrogation.jpg