2 min de lecture Terrorisme

Les infos de 18h - "Il y a des profils comme le tueur de Londres en France", avertit Jean-Charles Brisard

Selon le spécialiste du terrorisme, les moyens de surveillance doivent être renforcés car de nombreux détenus condamnés pour des faits de terrorisme sortiront de prison d'ici un an.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
"Il y a des profils comme le tueur de Londres en France", avertit Jean-Charles Brisard Crédit Image : DANIEL SORABJI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Robuchon
Philippe Robuchon et Nicolas Scheffer

L'attentat terroriste à Londres qui a fait deux morts, après qu'un ancien détenu ait attaqué au couteau des passants de Londres met en évidence l'accompagnement des anciens détenus. Comment les surveiller ?

L'assaillant, Usman Kahn, avait été condamné en 2012 pour avoir fomenté une attaque contre la Bourse de Londres, en lien avec un groupe terroriste de neuf personnes. "On est face à un individu dont on ne pouvait pas douter du sérieux des intentions. Avec son groupe, il avait fait des repérages pour préparer un attentat. Il confectionnait des bombes artisanales et recrutait d'autres personnes pour aller au Pakistan", souligne Jean-Charles Brisard, président du Centre d'analyse du terrorisme. 

La question du suivi après la détention est posée. "Il y a des profils comme Usman Kahn en France. Près de 500 individus ont été jugés par la justice Française pour des actes liés au terrorisme", souligne l'expert. 60 % des personnes condamnés pour terrorisme auront purgé leur peine d'ici l'année prochaine

"C'est difficile d'évaluer la dangerosité"

Un dispositif de suivi a été mis en place pour suivre les plus dangereux. Au delà, la prison est aussi un lieu de propagande : 1.000 détenus condamnés pour du droit commun sont radicalisés. "Pour les surveiller, ça nécessite des moyens humains et des compétences", insiste Jean-Charles Brisard.

À lire aussi
Un soldat français de la force Barkhane au Sahel. opération Barkhane
Les infos de 8h - Terrorisme : des enfants soldats attaquent les militaires français au Sahel

"C'est difficile d'évaluer la dangerosité de ces individus et la probabilité d'une récidive. En matière terroriste, la récidive est plus régulière", poursuit-il. En juillet, un attentat a été déjoué, préparé par une personne qui rentrait de Syrie.

En revanche, la justice a supprimé une grande partie des remises de peines pour les personnes condamnées pour terrorisme. "On a renforcé les peines pour les dirigeants terroristes qui peuvent être condamnés à la perpétuité réelle. Peut-être que pour certains terroristes, il faudrait l'assortir d'une rétention de sûreté", c'est-à-dire un enfermement au-delà de la peine pour des raisons de sécurité.

À écouter également dans ce journal

Attentat à Londres - Après l'attaque de Londres, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, s'est engagé à revoir le système des libérations anticipées. "Il ne fait aucun sens pour notre société de libérer de manière anticipée des personnes qui ont été condamnées pour des infractions terroristes, des crimes violents", a-t-il indiqué.

Effondrement d'un pont - A Mirepoix-sur-Tarn (Haute-Garonne), des centaines de personnes ont participé à une marche silencieuse pour rendre hommage  l'adolescente et au chauffeur d'un camion, tués lors de l'effondrement d'un pont suspendu, le 18 novembre.

Mort de 13 militaires - Lundi 1er décembre, la France rendra hommage aux 13 militaires morts en opération au Mali. Un hommage tourné en dérision par l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, dont la caricature a choqué l'institution militaire. Le chef de l'État major de l'armée de terre a qualifié les dessins "d'outrageants".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Londres Grande-Bretagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants