3 min de lecture Londres

Londres : ce que l'on sait de l'attaque terroriste qui a fait trois morts

Deux personnes sont mortes et trois autres sont blessées, vendredi 29 novembre à Londres lors d'une attaque à l'arme blanche. L'assaillant, qui a également été tué, était un ex-prisonnier condamné pour terrorisme

>
Londres : plusieurs blessés dans une attaque à l'arme blanche Crédit Image : Ben STANSALL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
Charles Deluermoz et Florian Soenen

Londres reste en état d'alerte. Au lendemain de l'attaque à l'arme blanche qui a fait deux morts, en plus de l'assaillant, et trois blessés sur le London Bridge, vendredi 29 novembre, la tension est toujours palpable dans la capitale britannique, à moins de deux semaines des élections législatives du 12 décembre. 

Le profil de l'auteur des faits se précise. L'assaillant est un ex-prisonnier condamné pour terrorisme, a annoncé samedi le chef de l’antiterrorisme britannique, Neil Basu. "Cet individu était connu des autorités, ayant été condamné en 2012 pour des infractions terroristes. Il a été remis en liberté conditionnelle en décembre 2018", a indiqué le responsable policier, précisant qu’une perquisition était en cours dans un lieu du comté de Staffordshire, dans le centre de l’Angleterre, où il résidait. 

D'après l'agence de presse PA, il avait été condamné à 16 ans de prison pour son appartenance à un groupe qui avait voulu commettre un attentat à la bombe à la Bourse de Londres, le London Stock Exchange, et établir un camp d'entraînement terroriste au Pakistan.  

"Nous sommes toujours à un stade précoce de l'enquête, mais en ce moment nous ne recherchons activement personne d'autre en lien avec cette attaque", a souligné Neil Basu. 

Que s'est-il passé ?

À lire aussi
Des policiers londoniens dans les rues pendant le confinement le 24 mars 2020 Royaume-Uni
Coronavirus : 6 mois de prison pour avoir toussé sur un policier à Londres

En ce jour de promotion du Black Friday, tout a basculé en quelques minutes dans ce quartier très fréquenté de la capitale britannique, en début d'après-midi. "La police a été appelée à 13h58 (heures locales) pour une attaque à l'arme blanche près de London Bridge", a précisé la police sur Twitter. 

L'homme avait d'abord participé à une conférence sur la réhabilitation de prisonniers organisée par l'université de Cambridge, organisée dans le Fishmonger's Hall, un bâtiment à l'extrémité nord du London Bridge à l'intérieur duquel l'attaque a commencé. Il est ensuite sorti et s'est rendu sur le pont. 

Des passants sont intervenus pour le maîtriser, avant qu'il ne soit ensuite abattu par la police, cinq minutes après le coup de fil donnant l'alerte. Le pont a ensuite été bouclé par la police et la zone, qui inclut une gare très fréquentée, évacuée. 

Plusieurs personnes ont "pris des risques pour leur propre sécurité cet après-midi", a déclaré le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, saluant comme de nombreux responsables leur "héroïsme". L'homme portait un engin explosif factice. Quelques minutes après le drame, la police avait déjà considéré l'attaque comme "terroriste".

La campagne pour les législatives suspendue

Un important dispositif policier était déployé toujours déployé samedi matin sur place. Avant le début d’une réunion du comité de crise du gouvernement dans la soirée, le Premier ministre Boris Johnson a dit avoir souligné "depuis longtemps" que "c’est une erreur de permettre aux criminels violents de sortir de prison de manière anticipée". Le journal The Times a précisé que l'homme portait un bracelet électronique.

Le drame est venu chambouler l'agenda politique britannique. La campagne électorale avant les élections législatives du 12 décembre, pour lesquelles Boris Johnson tente de se faire réélire, a été arrêtée jusqu'à nouvel ordre. Londres doit aussi accueillir dans quelques jours un sommet de l'OTAN avec de nombreux chefs d'État dont Donald Trump et Emmanuel Macron

Cette attaque est survenue deux ans après un incident terroriste au même endroit. En juin 2017, une camionnette avait foncé sur la foule sur le London Bridge, avant que ses trois occupants ne poignardent des passants dans le Borough Market, faisant huit morts et une cinquantaine de blessés. C'était l'un des attentats revendiqués par Daesh qui avaient frappé le Royaume-Uni cette année-là.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Londres Terrorisme Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants