1 min de lecture Londres

Attentat de Londres : Usman Khan voulait suivre des séances de déradicalisation

Usman Khan, âgé de 28 ans, a attaqué au couteau les passants londoniens, faisant deux morts et trois blessés grave. Il était en liberté conditionnelle après avoir été condamné pour terrorisme.

Usman Khan, l'assaillant de l'attaque à Londres, le 29 novembre
Usman Khan, l'assaillant de l'attaque à Londres, le 29 novembre Crédit : Handout / West Midlands Police / AFP
IMG_0047
Nicolas Scheffer et AFP

Un ancien détenu, en liberté conditionnelle, condamné pour terrorisme s'est attaqué à des passants de Londres, vendredi 29 novembre. Le bilan est lourd : deux morts et trois blessés graves. Usman Khan a rapidement été maîtrisé par des civils, loués en "héros", avant que les forces de l'ordre n'arrivent quelques minutes plus tard et abattent l'auteur de l'attaque.

Pendant sa détention, l'assaillant avait écrit une lettre, dans laquelle il demande à suivre des séances de "déradicalisation" pour devenir "un bon citoyen britannique", selon les informations de la chaîne ITV.  Selon The Times, l'homme portait un bracelet électronique, au moment des faits.

L'assaillant de 28 ans, était en liberté conditionnelle depuis un an, après avoir réalisé la moitié de sa peine de prison. Il avait été condamné en 2012  à 16 ans de détention pour son appartenance à un groupe qui envisageait de commettre un attentat à la bombe à la Bourse de Londres et d'établir un camp d'entraînement au Pakistan. À 19 ans, à l'époque, il était considéré comme le plus radicalisé du groupe de neuf personnes.

La commission des libérations conditionnelles a publié un communiqué dans lequel elle indique qu'elle n'a pas examiné la demande de Usman Khan mais que sa libération était automatique.

Le niveau d'alerte diminué

À lire aussi
Le Tate Modern à Londres, le 5 août 2019 faits divers
Enfant jeté du Tate Modern : l'adolescent mis en cause face aux juges

Selon le Guardian, Usman Khan ne devait, à l'origine, pas pouvoir profiter d'un aménagement de peine, avant que ces conditions soient assouplies. D'après les informations de la police, l'homme participait à une conférence sur la réhabilitation d'ancien détenus quand il a commencé son parcours sanglant. Il portait une fausse ceinture d'explosif quand il a été abattu par la police.

Au début du mois de novembre, le niveau d'alerte terroriste avait été diminué au Royaume-Uni, passant de "grave" à "substantiel".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Londres Attentat Attentat suicide
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants