2 min de lecture Transports

Les entreprises d'autocars, libéralisées par Emmanuel Macron, ont-elles un avenir ?

Le géant allemand du transport en car FlixBus rachète le français Eurolines. Les entreprises de bus longue distance, libéralisées par Emmanuel Macron, étaient cinq en 2015, elles ne sont plus que deux aujourd'hui.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Les entreprises d'autocars, libéralisées par Emmanuel Macron, ont-elles un avenir ? Crédit Image : FREDERICK M. BROWN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245 _TASSART
Bénédicte Tassart
édité par Cassandre Jeannin

Les cars Macron resserrent les rangs. Ils étaient cinq acteurs à la naissance du marché, aujourd'hui, ils ne sont plus que deux. En effet, FlixBus vient d'annoncer le rachat d'Eurolines. Dans quelques semaines, pour embarquer dans ces bus longue distance, dont le marché a été libéralisé en 2015 par Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, vous aurez le choix entre l'allemand Flixbus et le français Blablabus. 

La concentration était inévitable parce que la rentabilité est très lente à atteindre. D'ailleurs, les bus Macron ne gagnent pas encore d'argent en France. La première raisons c'est que les prix attractifs doivent le rester car les principaux passagers sont les jeunes et les personnes âgées qui privilégient leur porte-monnaie au temps de transport. En moyenne, pour faire 100 kilomètres un usager dépense 5 euros.

Pour faire du profit, les bus Macron doivent jouer sur le taux de remplissage c'est-à-dire convaincre les Français de prendre le bus. C'est plus facile en Allemagne : outre-Rhin, le réseau de trains à grande vitesse n'est pas ce qu'il est dans l'hexagone et le covoiturage est davantage développé. 

Y a-t-il un avenir pour les bus Macron ?

Les taux de croissance sont à deux chiffres chaque année, ce qui est plutôt encourageant. Sur un an, le taux de remplissage est passé de 54 à 61 %. Il reste tout de même 39 % de places inoccupées. 

À lire aussi
Un TGV dans la gare Saint-Charles de Marseille (illustration) transports
SNCF : "Reprise progressive" du trafic au troisième jour de perturbations

La stratégie de FlixBus c'est d'augmenter la fréquence des lignes, que le choix soit plus important pour le voyageur et d'améliorer le confort notamment avec le wifi, les prises de courant et une offre de films à visionner dans son siège. Blablabus, mariage de la SNCF et de Blablacar, mise lui sur la complémentarité : prendre un avion, puis un bus Macron et terminer son voyage en covoiturage avec Blablacar c'est-à-dire multiplier les trajets vers les aéroports et les voyages de nuit. 

Sur le bloc-note

Il y a eu 640 millions d'euros de redressement contre le travail au noir l'année dernière. Le montant a doublé depuis 2013 dans le réseau des Urssaf avec la détection de montages financiers de plus en plus sophistiqués, ce qui demande un long temps d'investigation. 

La Française des jeux étudient un nouveau projet : parier pendant un match de foot sur son résultat, dans les bars tabacs. Le PMU s'inquiète, les cafés pourraient changer de chaîne et diffuser le football à la place des courses.

La note

16/20 à Transgene. La biothèque française, basée à Strasbourg, s'allie avec le géant pharmaceutique britannique AstraZeneca pour la recherche contre le cancer. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transports Emmanuel Macron Bus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants