1 min de lecture Nord

Ascoval : la justice confie la reprise de l'aciérie de Saint-Saulve à British Steel

Le tribunal de Strasbourg a confié l'avenir de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve, dans le Nord, à British Steel, après quatre années de rebondissements incessants. Cette décision prévoit notamment la reprise de l'ensemble des 270 salariés.

Des salariés de l'aciérie Ascoval à Saint-Saulve le 19 décembre 2018
Des salariés de l'aciérie Ascoval à Saint-Saulve le 19 décembre 2018 Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

C'est un soulagement pour les 270 salariés d'Ascoval. La chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg a confié la reprise de l'aciérie de Sainte-Saulve, dans le Nord, au sidérurgiste britannique British Steel.
La chambre commerciale "arrête le plan de cession de (...) Ascoval à la société Olympus Steel Ltd", maison-mère de British Steel, a indiqué le greffe du TGI de Strasbourg. La prise d'effet de cette cession a été fixée au "15 mai 2019 à minuit". Le plan de reprise prévoit notamment la reprise de l'ensemble des 270 salariés que compte encore Ascoval "avec l'ensemble de leurs droits acquis", ont indiqué dans un communiqué conjoint Ascoval et British Steel.

"Nous avons été très impressionnés, malgré les difficultés traversées, par le dynamisme, la motivation exemplaire et les qualités techniques des équipes, ainsi que par le soutien de toutes les parties prenantes", a souligné le président de British Steel, Roland Junck, cité dans le communiqué. "Nous avons aussi pu apprécier la modernité des équipements de l'aciérie (...), son emplacement stratégique qui facilite l'interaction avec les marchés européens, et (...) ses qualités environnementales et économiques", a-t-il ajouté.

"Le projet (de British Steel) est solide"

"Nous sommes très heureux et soulagés de passer sous l'étendard British Steel, qui compte parmi les principaux fabricants d'aciers en Europe et spécialistes des produits longs", s'est réjoui le président d'Ascoval, Cédric Orban, également cité dans le communiqué.

"Le projet (de British Steel) est solide en terme de développement industriel" et "permet d'assurer la stabilité financière de l'aciérie", a-t-il ajouté. British Steel était l'unique candidat suffisamment solide encore en lice après la défection lors de l'ultime audience, le 24 avril, du fabricant italien d'aciers spéciaux Calvi Networks, contraint de jeter l'éponge faute d'avoir pu boucler son plan de financement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nord Industrie Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants