1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le magazine "Gala" accusé de racisme ordinaire
4 min de lecture

Le magazine "Gala" accusé de racisme ordinaire

Le magazine "Gala" a provoqué l'indignation, en comparant la tenue d'un haut commissaire Swazi avec des déguisements de "Mardi gras".

Le haut commissaire du Swaziland et son épouse ont rencontré Élizabeth II
Le haut commissaire du Swaziland et son épouse ont rencontré Élizabeth II
Crédit : John Stillwell / POOL / AFP
Le magazine "Gala" accusé de racisme ordinaire
04:44
La Revue de Presse du 09 mars 2017
04:52
Adeline François

Le numéro de Gala, en kiosque ce jeudi 9 mars montre une photo de la reine d'Angleterre Élizabeth II, recevant la semaine dernière à Buckingham palace, le haut commissaire du Swaziland et son épouse. Cette dernière fait la traditionnelle génuflexion devant sa majesté. Le problème, ce n'est pas la photo, c'est le texte, inqualifiable, qui accompagne la photo : "Un peu de tenue !" s'exclame Gala. "Ce n'était pourtant pas Mardi gras, mais pour rencontrer Élizabeth II, le haut commissaire du Swaziland et son épouse ne se sont pas trop préoccupés de la tenue à adopter. Ils sont venus en pagne en wax, tissu typique de leur petit royaume, ancienne colonie britannique. C'est osé", estime Gala dans une brève écrite en dessous de la photo.

"Il y avait pourtant tant d’autres choses à dire : comme rappeler, par exemple, que le Swaziland est une monarchie absolue gérée comme une dictature. Mais ce sont les tenues vestimentaires 'osées' du couple Swazi qui ont retenu l’attention de la rédaction de Gala", écrit ce matin le site Slate sous le titre "Gala se vautre dans le racisme". Le média s'interroge : "Combien de fois sera-t-il nécessaire de répéter que les traits physiques et les traditions de personnes non-blanches ne sont pas des déguisements ? Que ces traditions ne servent ni à la condescendance ni au divertissement des Occidentaux ?" s'indigne Slate. Le tollé a forcé Gala à présenter mercredi soir des excuses et à reconnaître que les mots étaient déplacés et mal choisis.

Présidentielle : J-45 avant le premier tour

François Fillon figure à la une de tous les hebdomadaires qui sortent ce jeudi 9 mars. "Fillon l'insoumis" en une de Valeurs Actuelles, "LE REVENANT" pour le Point. Quant à Marianne, le magazine propose en une : "Fillon Vu par les psys!" avec un dossier très instructif sur la folie au pouvoir. L'Express se demande si "La droite peut-elle encore gagner ?" Une photo du candidat Républicain fait également la une de l'Obs avec cette question : "Cet homme est-il dangereux ?" L'Obs avait fait quasiment la même une il y a 5 ans avec la même question en rouge, sur une photo de... Nicolas Sarkozy. 

L'autre homme à la une, c'est Emmanuel Macron. "Va-t-il manger le PS?" se demande Aujourd'hui en France/Le Parisien. Le candidat d'"En Marche" fait également la une de l'Opinion, qui titre : "Macron tente de ne pas perdre l'équilibre". Le journal évoque le fameux équilibre ni droite ni gauche, sérieusement menacé par la vague annoncée de ralliement de socialistes.

À lire aussi

Tout est tellement incertain que l'on a même prévu un sacré plan B à Benoit Hamon. Le Parisien/Aujourd'hui en France affirme ce jeudi qu'un matelas de sécurité de 500 parrainages a été mis de coté pour... François Hollande, lui qui s'est pourtant disqualifié tout seul. Oui, mais voilà dit un proche, "C'est un homme qui ne ferme jamais aucune fenêtre et il n'est pas loin de penser qu'il est le seul à pouvoir réconcilier la gauche et à battre Marine Le Pen."

Marine Le Pen fait la une de La Vie, l'hebdomadaire chrétien, avec ce titre : "Notre interview un peu tendue." La candidate FN a en effet failli interrompre l'entretien après une question sur l'accueil des réfugiés. Un entretien dans lequel Marine Le Pen fait une révélation. Le magazine relève que l'expression racines chrétiennes n'apparaît pas dans les 144 mesures présentées par la candidate. Le journaliste l'interroge alors : "Pourquoi 144 mesures ?" Réponse de la candidate : "Mais enfin, vous, vous devriez le savoir. Dieu a créé le monde en 144 heures. Dieu a créé le monde en 6 journées de 24h. Faites le calcul, ça fait effectivement 144 heures", a-t-elle répondu. Et le 7e, il se reposa...

La descente en Enfer des joueurs du PSG

Les footballeurs du PSG sont éreintés dans la presse ce matin après la défaite 6-1 face à Barcelone en Ligue des champions. Les unes de la presse espagnole, elles, sont positives. "L'impossible" publie en français dans le texte l'Esportui. "Heroes", en une de Mundo deportivo, ou encore : "Vous êtes des légendes" en une de Sport. 

en France, la une de l'Equipe, déclare la situation "Inqualifiable" et Vincent Duluc titre son édito avec le terme "inconsolable"."Il ne fallait pas monter aussi haut, si c'était pour descendre aussi bas. Le PSG est devenu hier soir une marque mondiale symbolisant l'échec, même quand la victoire est promise. La légende qui va s'écrire sera celle d'une faillite éternelle hier soir" écrit Vincent Duluc. "C'était France-Bulgarie", poursuit le journaliste, en allusion à l'élimination des bleus en éliminatoire du mondial 1994. Le lendemain du match, le journal l'Equipe n'affichait qu'un seul mot en une : "Inqualifiable".

"Reviens Zlatan!", s'exclame de son coté le Figaro dans ses pages sports. Le quotidien titre en une : "Sortie de l'euro, le scénario noir". Là, il s'agit de politique et d'économie. Parce qu'il y a des sorties de l'Europe qui auront bien d'autres conséquences sur nos vies qu'un PSG éliminé en 8e de finale d'une compétition européenne.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/