2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : le gouvernement a-t-il fourni des masques toxiques aux enseignants ?

FACT CHECKING - Les masques distribués aux professeurs à la rentrée contiendraient du zéolithe d'argent, une substance utilisée comme antimicrobien potentiellement toxique pour l'organisme et l'environnement.

Une classe de l'école Trinité sur l'île de Groix (ilustration)
Une classe de l'école Trinité sur l'île de Groix (ilustration) Crédit : Loic VENANCE / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Blancs, en coton, de marque DIM : les enseignants les surnomment "les masques slips". Ces masques distribués à la rentrée aux professeurs des écoles seraient toxiques pour les personnes qui les portent, selon une enquête du site d'information environnementale Reporterre. Des accusations que ni la marque de sous-vêtements ni le ministère de l'Éducation nationale n'ont formellement démenties.

Comme le note Reporterre dans son article publié mardi 13 octobre, il s'agit du même masque porté par Emmanuel Macron lorsqu'il était en visite dans un lycée professionnel de Clermont-Ferrand.

Le Président s'était étouffé durant sa prise de parole, une séquence qui avait suscité beaucoup de commentaires sur les réseaux sociaux. Un mois plus tard, l'enquête de Reporterre met en lumière l'utilisation de substances potentiellement toxiques dans le processus de fabrication de ces équipements censés protéger du coronavirus.

Le zéolithe d'argent mis en cause

Sur les paquets des masques DIM, est inscrite la précision suivante : "traité au zeolite (sic) d’argent et de cuivre, et au zeolite (sic) d’argent". Or, selon les informations recueillies par Reporterre le zéolithe d'argent n'est pas sain : il participe à l'accumulation de "granules métalliques dans différents organes", indique ainsi une étude de l'université de Rouen. Par ailleurs, une note de l'Agence européenne des produits chimiques conclut que cette substance peut "nuire à la fertilité" en plus de porter atteinte à l'environnement.

Un traitement antimicrobien ?

La marque DIM se défend en expliquant qu'il s'agit d'un "traitement antimicrobien appliqué sur le tissu" à base de zéolithe d'argent et de cuivre, dont l'utilisation est autorisée par la réglementation européenne, et non de nanoparticules nuisibles. "Nos masques sont conformes aux exigences Oeko-Tex Standard 100® (label certifiant la non-nocivité des textiles, NDLR), ce qui veut dire que chacun de leurs composants a été testé 'sans substances nocives' et, par conséquent, ils ne présentent pas de risque pour la santé humaine", justifie l'entreprise auprès de RTL.fr.

À lire aussi
Olivier Véran, le 29 septembre 2020 Coronavirus France
Coronavirus : la mise au point de Véran sur le prolongement de l'état d'urgence

Pourtant, selon une chercheuse, spécialiste en nanotechnologies à The University de Aveiro (Portugal), interrogée par Reporterre, "le risque de porter ces masques n'est pas inexistant". Un danger exacerbé par le port prolongé de ces masques (jusqu'à 8 heures par jour chaque jour).

Prudence du gouvernement

À la suite de l'enquête de Reporterre, le collectif d'enseignants Stylos rouges a annoncé qu'il porterait plainte pour "empoisonnement". Il accuse également ces "masques slips" d'être "moins efficaces que les chirurgicaux", à l'heure où les établissements scolaires forment les principaux foyers de contamination dans le pays selon Santé Publique France. Le SNES-FSU, principal syndicat des enseignants demande lui une "expertise indépendante".

Interrogé à ce sujet sur RTL mardi soir, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a parlé d'une "information surprenante qui mérite une vérification". Quelques heures plus tôt il avait été questionné à l'Assemblée nationale par la députée insoumise Sabine Rubin sur le même sujet sans y répondre précisément.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Éducation nationale Jean-Michel Blanquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants