2 min de lecture Coronavirus France

Mesures sanitaires : pourquoi l’école est-elle une exception ?

ÉCLAIRAGE - Les sociétés de pédiatrie assurent que le risque d'arrêter l'école est plus important que celui d'une contamination et que les enfants transmettent peu le virus.

Des élèves dans une classe à Rennes (illustration)
Des élèves dans une classe à Rennes (illustration) Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
Coline Daclin Journaliste

Les mesures sanitaires se durcissent, mais le protocole sanitaire à l'école est allégé. Un paradoxe qui interroge de nombreux Français, notamment des enseignants et parents d'élèves. Comment expliquer qu'on cherche à protéger la population générale, mais qu'on laisse les enfants se rassembler ? 

Interrogé sur le sujet dans l'émission "Vous avez la parole" sur France 2, le Premier ministre Jean Castex explique que le gouvernement "n'a fait qu'appliquer ce que disent les sociétés de pédiatrie". En effet, ces dernières préconisent de garder les enfants à l'école. 

La Société française de pédiatrie plaide ainsi depuis le déconfinement pour un protocole sanitaire qui ne soit pas trop contraignant pour les enfants. Elle s'est notamment prononcée en faveur du port du masque à partir du collège et pour les adultes, mais pas pour les plus jeunes. 

Les enfants, moins transmetteurs du virus

La première explication à cette volonté de garder les enfants à l'école est un calcul entre les bénéfices et les risques. Pour la Société française de pédiatrie, "les bénéfices éducatifs et sociaux apportés par l’école sont très supérieurs aux risques d’une éventuelle contamination Covid-19 de l’enfant en milieu scolaire". 

À lire aussi
Le remdesivir a reçu une autorisation permanente aux Etats-Unis, jeudi 22 octobre Coronavirus France
Coronavirus : qu'est-ce que le remdesivir, antiviral employé contre la Covid-19 ?

Selon les dernières études sur le sujet montrent que les enfants ont généralement des formes moins graves de coronavirus, et qu'ils se transmettent moins le virus entre eux que les adultes. "Les enfants, et en particulier ceux de moins de 10 ans, ne contribuent pas significativement à la transmission de Covid-19", soutient la Société française de pédiatrie dans un communiqué qui date de la fin du mois d'août.

Un objectif : fermer moins de classes

C'est sur la base de ces avis et études que le gouvernement a souhaité alléger le protocole sanitaire en cas de contamination au coronavirus. Il a cherché à limiter le nombre de classes et d'établissements fermés, qui pénalisent de fait tous les élèves, même ceux qui ne sont pas cas contact. Désormais, les enfants et les enseignants qui ont côtoyé un élève malade n'ont plus besoin de s'isoler et peuvent rester à l'école. Une classe ne ferme qu'à partir de trois cas positifs. 

Ces mesures font toutefois craindre aux enseignants d'éventuelles contaminations, et certains dénoncent une forme d'absurdité dans les mesures du gouvernement. Dans un communiqué du 18 septembre, le Sniupp FSU, syndicat majoritaire des professeurs du premier degré, s'insurge. "Après le mètre de distanciation adaptable selon les situations pour permettre d’accueillir tous les élèves, voilà le virus à sens unique qui évite d’interrompre la scolarité au risque d’exposer élèves, usagers et personnels des écoles à la contamination", écrit le syndicat.
 
De son côté, le ministre de l'Éducation nationale campe sur ses positions. "Les élèves sont souvent plus protégés à l'école, au collège et au lycée que s'ils étaient ailleurs", a assuré Jean-Michel Blanquer sur Franceinfo ce vendredi 25 septembre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France École Enfants
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants