2 min de lecture Enseignement

L'enseignement de la langue arabe à l'école est-il une bonne chose ?

DÉBAT - Emmanuel Macron a plaidé pour une telle mesure. Hakim El Karoui, ancien conseiller à Matignon, y est favorable et en parle avec les auditeurs.

Pascal Praud Les auditeurs ont la parole Pascal Praud iTunes RSS
>
L'enseignement de la langue arabe à l'école est-il une bonne chose ? Crédit Image : FRANK PERRY / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Les auditeurs ont la parole - Praud
Pascal Praud édité par Coline Daclin

Pour lutter contre le séparatisme islamiste, faut-il enseigner l'arabe à l'école ? Dans son discours du vendredi 2 octobre, Emmanuel Macron a plaidé en faveur de davantage d'enseignement de la langue. "Notre jeunesse est aussi riche de cette culture plurielle", a-t-il déclaré.

L'objectif : "réduire le pouvoir des religieux" dans cet enseignement, a indiqué le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dans le JDD.  Pour le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, qui s'est exprimé dimanche 4 octobre sur BFMTV, l'arabe doit être enseigné par des “intervenants qui sont bons sur le plan linguistique, et totalement garantis sur les valeurs de la République”. L'arabe serait proposé aux élèves, au même titre que d'autres langues étrangères.

Mais la mesure ne fait pas que des adeptes, en particulier au Rassemblement national et chez Les Républicains. Leur crainte notamment : que l'enseignement de l'arabe ait un impact sur l'apprentissage de la langue française. En septembre 2018, Marine Le Pen s'y opposait déjà au micro de RTL.

Claire, une enseignante auditrice de RTL, témoigne de son expérience dans un établissement de Zone d'Éducation Prioritaire qui proposait des cours d'arabe. Pour elle, c'est "une fausse bonne idée" car les cours enseignent l'arabe littéraire, or, dans son établissement, "l'immense majorité des parents ne souhaitaient pas qu'ils apprennent cet arabe-là", assure-t-elle.

À lire aussi
école
Demi et nu : des adjectifs volatiles !

Hakim El Karoui, ancien conseiller à Matignon et auteur du rapport "La Fabrique de l'islamisme" publié par l'Institut Montaigne, explique la différence entre l'arabe littéraire "moderne" qui est enseigné, et l'arabe du Coran, plus savant et complexe. Il cite une enquête de 2016 réalisée avec l'Institut Montaigne. "82% des familles musulmanes disaient qu'elles voulaient que leurs enfants apprennent l'arabe", dit-il, en précisant que 50% voulaient qu'ils l'apprennent à l'école, et 27% à la mosquée.

Éviter le "regroupement communautaire"

Pour Hakim El Karoui, qui est "extrêmement pour" l'enseignement de l'arabe à l'école, le principal problème de la mosquée est qu'"on y apprend très mal l'arabe". "Les mosquées ne sont pas des fabriques de jihadistes", assure-t-il. Il précise toutefois que le fait de concentrer l'enseignement de la langue dans les mosquées et certaines associations "favorise le regroupement communautaire". 

Pour Sam, un auditeur de Toulouse, il faut avant tout penser à la formation théologique des imams, en partenariat avec les universités. "Une bonne idée", selon l'ancien conseiller à Matignon, mais difficile à mettre en place, notamment en Alsace-Moselle en raison du Concordat.

Nicolas se dit pour sa part en faveur de l'apprentissage de l'arabe à l'école car cela permettrait selon lui de mieux comprendre le Coran, et d'éviter de se faire endoctriner par des extrémistes qui prônent "une version déformée du Coran et de l'islam"

Une affirmation que soutient Hakim El Karoui : apprendre l'arabe participerait à "rappeler la mission civilisatrice de l'école". Selon lui, il faut en priorité apprendre le français, puis l'anglais, et enfin une troisième langue, comme l'arabe.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enseignement Débat Enfants
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants