1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Islam : le CFCM signe un texte affirmant la "compatibilité" de la foi avec la République
2 min de lecture

Islam : le CFCM signe un texte affirmant la "compatibilité" de la foi avec la République

Les membres du Conseil français du culte musulman sont tombés d'accord sur une "charte des principes" de l'Islam de France, une avancée saluée par Gérald Darmanin.

Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), à Paris en 2016.
Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), à Paris en 2016.
Crédit : MATTHIEU ALEXANDRE / AFP
Louis Chahuneau & AFP

C'était une volonté du chef de l'État. Trois mois après avoir exprimé le souhait de la création d'une chartes des valeurs de l'islam, Emmanuel Macron peut être satisfait : les membres du Conseil français du culte musulman (CFCM) ont trouvé un accord ce samedi 16 janvier

Arraché de haute lutte, ce texte de sept à huit pages réaffirme notamment "le principe de l'égalité hommes-femmes", la "compatibilité" de la foi musulmane avec la République et insiste aussi sur "le rejet de l'instrumentalisation de l'islam à des fins politiques" et la "non-ingérence" des Etats étrangers, a détaillé le président du Conseil français du culture musulman, Mohammed Moussaoui, dans un communiqué.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, à qui les trois dirigeants du CFCM ont présenté cette charte samedi à Beauvau, a salué "une avancée très significative" et la marque d'un engagement contre "l'islam politique". Le texte doit être présenté à Emmanuel Macron ce dimanche.

Tensions au sein du CFCM

Les discussions ne sont pas encore terminées. Il reste encore à créer le Conseil national des imams voulu par Emmanuel Macron. Et il y a des points d'accrochage : fin décembre, le recteur de la Grande mosquée de Paris avait annoncé qu'il quittait les négociations du Conseil national des imams voulu par Macron et dénoncé "la composante islamiste" au sein du CFCM. Selon une source proche du dossier, des divisions existaient entre les neuf fédérations du CFCM notamment sur les questions de l'apostasie ou de l'islam politique.

À lire aussi

Le chef de l'État avait appelé mi-novembre les représentants musulmans à mettre fin à certaines "ambiguïtés" et entendait aussi mettre fin, d'ici quatre ans, à la présence en France des 300 imams étrangers "détachés" par la Turquie, le Maroc et l'Algérie. Depuis, la France a connu deux attentats, celui contre l'enseignant Samuel Paty et celui de la basilique de Nice. De son côté, le gouvernement a concentré ses idées pour mieux encadrer l'islam dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République, texte qui doit être examiné à l'Assemblée nationale début février.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/