2 min de lecture Manifestations

"Gilets jaunes" : pour leur un an, ils appellent à retourner sur les Champs-Élysées

Un an après le début du mouvement des "gilets jaunes", un appel à manifester sur les Champs-Élysées a été lancé sur les réseaux sociaux pour le 16 novembre.

Les "gilets jaunes", lors de la manifestation du samedi 16 mars 2019
Les "gilets jaunes", lors de la manifestation du samedi 16 mars 2019 Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP
Louis Rigaudière et AFP

Une journée à haut risque pour les forces de l'ordre. À l'occasion du premier anniversaire du mouvement des "gilets jaunes", un appel à manifester, ce samedi 16 novembre sur les Champs-Élysées, a été lancé sur les réseaux sociaux. Depuis le mois de mars, tout rassemblement y est interdit après la destruction de plusieurs boutiques lors de l'acte 18. 

L’événement Facebook, baptisé "Acte 53 Gilets Jaunes l'anniversaire sur les Champs-Élysées", est celui qui réunit le plus de monde, avec environ 5.000 personnes inscrites comme participantes et 6.500 qui se déclarent intéressées. "La déclaration va être envoyée à la préfecture de police en fin de journée" mardi 12 novembre, a dit son organisateur, Thierry Paul Valette, co-fondateur du collectif des "Gilets jaunes citoyens".

Il s'attend à un refus des autorités, qui ont interdit de défiler sur la célèbre avenue, théâtre de violences et de saccages le 16 mars, ainsi que dans un large périmètre comprenant l'Élysée et l'Assemblée nationale. "Je maintiendrai mon appel, le droit de manifester est un droit légal, constitutionnel. On verra quel sera le rapport de force du gouvernement, ce que fera le ministère de l'Intérieur", a-t-il affirmé.

"Les périmètres d'interdiction considérablement élargis"

La préfecture de police a déjà refusé un parcours proposé par Priscillia Ludosky, l'une des figures du mouvement, le militant associatif Faouzi Lelllouche et l'avocat David Libeskind. Il devait relier le parvis de la gare Saint-Lazare et l'esplanade des Invalides. "Les périmètres d'interdiction définis par arrêté préfectoral (...) seront considérablement élargis sur le centre, l'ouest et la rive gauche de la capitale", leur a répondu la préfecture, les invitant à proposer d'autres trajets, avec "un lieu de dispersion situé dans l'est" de Paris.

À lire aussi
Jordan Bardella, tête de liste RN, avec Marine Le Pen, le 13 janvier 2019 à Paris réforme des retraites
Réforme des retraites : le Rassemblement National appelle à manifester mardi

"Une manifestation déclarée, ça sécurise le parcours. En nous interdisant, ils s'exposent à des manifestations sauvages qui se passent mal", a réagi auprès Me Libeskind. Opposé aux manifestations déclarées, Eric Drouet, autre figure du mouvement, a lancé dans une vidéo diffusée lundi sur sa page Facebook un appel à une "opération escargot" sur le boulevard périphérique à partir de 10h00 puis sur les Champs-Élysées à partir de 14h00.

Le chauffeur routier, qui refuse de se présenter comme un organisateur, a également évoqué l'idée d'un rassemblement à pied "hors de la zone interdite", dans un lieu encore non déterminé, puis de rejoindre l'avenue "sans signes distinctifs, ni gilets jaunes". Un autre événement Facebook appelle à occuper dimanche 17 novembre "un temple de la consommation", à l'image de l'action menée début octobre contre le centre commercial parisien Italie 2 par les militants écologistes d'Extinction Rebellion.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations Gilets jaunes Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants