1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Faut-il avoir peur des requins présents près des côtes françaises ?
3 min de lecture

Faut-il avoir peur des requins présents près des côtes françaises ?

ÉCLAIRAGE - Il existe de nombreuses espèces de requins en France. Un chercheur explique à RTL.fr pourquoi on ne risque pas grand chose en allant se baigner.

Pourquoi il ne faut pas avoir peur des requins en France (illustration)
Pourquoi il ne faut pas avoir peur des requins en France (illustration)
Crédit : Sipa
Coline Daclin

De nombreuses espèces de requins peuplent les eaux françaises. Une cinquantaine en Méditerranée, une centaine dans l'Atlantique, et encore plus autour des territoires d'outre-mer. Roussettes, requins bleus, requins pèlerins, mais aussi requins marteaux ou grands requins blancs, il y en a de toutes les tailles et de toutes les formes. Pour autant, faut-il s'en inquiéter ?

"Non", répond catégoriquement Philippe Gros, membre du Conseil scientifique de la Fondation sur la recherche pour la biodiversité, auprès de RTL.fr. Pour cet ancien de l’Institut français de recherche pour l’exploitation durable de la Mer (Ifremer), les requins ont bien plus à craindre des humains que nous n'en avons à craindre d'eux. 

D'abord, les requins au large des côtes métropolitaines n'aiment pas forcément les eaux peu profondes. Les rencontres avec des requins près des plages sont donc relativement rares. Il arrive que des requins bleus y soient signalés, mais ils sont inoffensifs.

Seulement 5 attaques en métropole depuis 1847

"C'est plutôt en mer, si vous faites du bateau par exemple, que vous pouvez voir des ailerons ou en avoir sous la quille du bateau", explique Philippe Gros. Mais même là, les risques sont quasi inexistants. La plupart des requins qu'on peut croiser font moins de deux mètres. Seule exception : le requin pèlerin, mais il ne mange que du plancton.

À lire aussi

"Et si vous croisez un grand requin blanc en mer, regardez le bien, parce que vous n'en reverrez jamais !", ironise le chercheur. En effet, l'espèce a quasiment disparu de nos eaux.

Selon l'International Shark Attack File, qui recense le nombre d'attaques de requins dans le monde, seulement 5 attaques "non provoquées" de requins ont eu lieu en France métropolitaine depuis 1847, et aucune n'a été fatale. On parle d'attaque "non provoquée" quand elle n'est pas survenue alors que la personne s'amusait avec l'animal, tentait de le nourrir, ou pour les pêcheurs qui s'approchent des requins pris dans leurs filets.

Une situation différente à La Réunion

Le seul endroit où la question des requins est un peu plus préoccupante, c'est dans les outre-mers. À La Réunion par exemple, les autorités sont particulièrement inquiètes en raison d'une recrudescence des attaques depuis 2011. 

Pour Philippe Gros, ces attaques sont "liées à la progression de l'homme dans des zones qui, avant, étaient vierges". "Il y a une augmentation du nombre de personnes sur les plages, et donc de plus en plus de contacts", explique-t-il. 

Il évoque aussi d'autres hypothèses : la dégradation de leur milieu naturel, ou encore le shark-feeding, le fait de nourrir des requins en mer pour que les touristes puissent les observer de près.

Un déclin "inquiétant" des populations de requins

À La Réunion, comme dans d'autres zones où les requins sont présents, il faut donc prendre certaines précautions comme ne pas se baigner la nuit, le moment de la journée où les requins chassent. Il faut aussi faire particulièrement attention quand on est un surfeur - les requins confondent la silhouette avec une tortue - ou un chasseur sous marin avec des poissons accrochés à la ceinture.

Philippe Gros relativise toutefois le risque : une vingtaine d'attaques à La Réunion depuis 2011, "ce n'est pas comparable avec le nombre de morts sur la route par exemple", soutient-il. D'autant plus qu'avec la surpêche et le réchauffement climatique, auquel s'ajoute le mode de reproduction très lent des requins, on assiste à "une chute extraordinaire du nombre de requins dans le monde"

En juillet dernier, une étude publiée dans la revue Nature a qualifié d'"inquiétant" le déclin des populations de requins de récifs. Dans 20% des 371 récifs scrutés par les chercheurs, ils n'ont trouvé aucun requin.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/