1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Environnement : quand les chasseurs et défenseurs de la nature travaillent ensemble
2 min de lecture

Environnement : quand les chasseurs et défenseurs de la nature travaillent ensemble

Dans cette chronique, Virginie Garin donne des exemples de coopération entre ces deux mondes qui ont souvent les mêmes intérêts : défendre la nature.

Une forêt (illustration)
Une forêt (illustration)
Crédit : Didier Sement / Biosphoto / Biosphoto via AFP
Quand les chasseurs et les défenseurs de la nature travaillent main dans la main
02:40
Virginie Garin - édité par Sarah Belien

Oui, les chasseurs et les écologistes peuvent parfois très bien s'entendre. On a vu des tensions vives dernièrement au sujet de méthodes de chasse traditionnelle. Mais il existe des projets dont on entend rarement parler. Ces deux mondes peuvent parfois travailler ensemble et en bonne intelligence avec un intérêt commun : la préservation de leur territoire.

Exemple avec cette commune de Haute-Savoie, Monnetier-Mornex, qui a créé une réserve avec la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) et la Fédération départementale de chasse. Tout près de Genève, cette commune a mis autour de la table les deux organisations qui ont conjointement accepté de transformer tout un territoire en réserve naturelle. 

Les chasseurs ont accepté de ne plus sortir leurs fusils à cet endroit et participent même à l'installation de panneaux pour indiquer aux promeneurs les espèces que l'on peut trouver dans les bois. De son côté, la LPO, a accepté qu'ils chassent du gros gibier sur une autre partie de la réserve.

Autre exemple en Vendée, où la réserve naturelle de la Belle-Henriette est cogérée par une association environnementale et par la Fédération de chasse. Dans le Puy-de-Dôme, ils vont restaurer ensemble 6 hectares de friche en plantant des arbres et en créant un sentier de randonnée. Les chasseurs vont pouvoir chasser sur ce territoire. C'est la notion de chasse raisonnée.

À lire aussi

Dans le parc nationale des Cévennes, les chasseurs expérimentent même la chasse sans plomb à la demande des protecteurs des oiseaux. Cela crée de cas de saturnisme chez les oiseaux, car c'est toxique. Il y a plus de 200 millions de cartouches tirées par an en France, soit 6.000 tonnes de plomb dans la nature. Les chasseurs utilisent des billes alternatives en acier. Cette bonne intelligence est donc possible.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/