3 min de lecture Syndicats

Élections professionnelles : à quoi cela sert-il d'élire des représentants syndicaux ?

Les élections professionnelles se déroulent en ce moment-même dans les TPE, mais elles n'ont pas vraiment de succès.

Eco_245x300 L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Élections professionnelles : à quoi cela sert-il d'élire des représentants syndicaux ? Crédit Image : AFP, DANIEL ROLAND / Archives | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You Journaliste RTL

On s'en doutait un peu : les élections professionnelles qui ont lieu, en ce moment, dans les TPE font un flop. Selon le responsable d'un des principaux syndicats du pays avec lequel je parlais hier, le dernier pointage de la Direction Générale du Travail fait état de 3% de participation. Il reste encore une petite semaine.

Le ministère du travail va communiquer un nouveau chiffre dans la journée qui sera sans doute un peu supérieur à 3% mais le scrutin ne mobilise pas, c'est un fait, et le contexte de télétravail et de confinement n'aide pas. C'est la troisième fois que les salariés des toutes petites entreprises de moins de 11 salariés sont appelés à élire des représentants syndicaux. Cela n'a jamais beaucoup intéressé les employés de ces petites structures car ils ne se sentent pas vraiment concernés par les grands débats sociaux.

C'est aussi la première fois qu'on organise un vote électronique - Covid oblige ! - mais ce n'était pas vraiment le moment de tenter de moderniser le scrutin. Un vote électronique, des codes envoyés il y a un mois par courrier, une campagne qui ne peut pas avoir lieu dans les entreprises à cause du télétravail, des commerces fermés alors qu'ils entrent dans cette catégorie TPE... Tout était fait pour que ces élections soit encore moins suivies que d'habitude. La dernière fois, il y a quatre ans, on ne peut pas parler d'un raz de marée non plus puisque la participation était de 7%.

Cela pose ensuite la question de la légitimité des élus et du poids réel des syndicats

Martial You
Partager la citation

Dans la vie quotidienne de la très petite entreprise, il n'y a pas forcément de conflit sociaux tendus. Et puis, vous avez un désintérêt pour ces élections qu'on retrouve aussi dans la vie démocratique. Le soucis, c'est que cela pose ensuite la question de la légitimité des élus et du poids réel des syndicats.

À lire aussi
eau
Travaux : il vit depuis deux ans avec des infiltrations d'eau dans sa cuisine

Car, à l'issue de ces élections, on va établir un classement de la représentativité des organisations qui vont pouvoir désigner des conseillers aux Prud'hommes, dans les commissions et au sein de toutes les discussions entre syndicats/patronat et gouvernement. Pourtant, les enjeux sont majeurs sur le monde qui nous attend : télétravail, pénibilité, retraites, allocations chômage...

On verra si la startup-nation a mis à mal les syndicats modérés

Martial You
Partager la citation

La question est : quelle est la légitimité de ce rapport de force quand ils sont désignés par si peu de monde ? Les lignes peuvent bouger dans les rapports de forces entre syndicats mais la question de la légitimité du résultat reste posée. La dernière fois, en 2017, quand on cumulait les scores des élections dans les TPE + les Comités Sociaux d'Entreprises dans les sociétés de plus de 11 personnes et le secteur public, on avait connu un bouleversement puisque la CFDT était devenu le premier syndicat de France devant la CGT. On avait surtout assisté à un bond de l'UNSA.

On verra si cela se confirme cette année... Ce sera intéressant de voir si les quelques électeurs qui se mobilisent sont issus des rangs réformistes (CFDT/UNSA) ou si ce sont les syndicats plus radicaux comme la CGT, FO ou Solidaires qui se détachent. En 2017, les réformistes étaient sortis du lot car ils avaient joué le dialogue avec les gouvernements Hollande... Depuis, ils se plaignent d'avoir été mis à l'écart sous la mandature Macron, on verra si la startup nation a mis à mal les syndicats modérés.

Le Plus : vaccination prioritaire pour les personnels des transports ?

C'est le syndicat FO qui fait cette demande. Il estime que les conducteurs de bus, de taxis, de camions, d'ambulances, d'avions ou de navires doivent être vaccinés en premier (comme les enseignants) car ils n'ont jamais cessé de travailler depuis un an et ils sont essentiels à l'économie.

La Note : 19/20 pour un poisson d'avril en avance

J'adore cette histoire. Durant quelques heures, le constructeur automobile Volkswagen a fait croire qu'il allait changer de nom pour devenir VOLTSwagen... Une façon de montrer sa conversion à la voiture électrique. Tout le monde a repris l'info, l'Agence France Presse en a fait une dépêche et on a appris cette nuit que c'était un canular du 1er avril qui est sorti avec un peu d'avance.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syndicats Économie Travail
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants