2 min de lecture Consommation

Dordogne : malgré la crise sanitaire, le marché aux truffes tient bon

REPORTAGE - À Ribérac, en Dordogne, ni la météo, ni le coronavirus n'empêchent le rituel ancestral de la vente des truffes de se tenir.

Micro générique Switch 245x300 Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Dordogne : Malgré la crise sanitaire, le marché aux truffes tient bon Crédit Image : Denis Granjou / RTL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Denis Granjou édité par Gaétan Trillat

Direction la Dordogne, dans le village de Ribérac où le premier marché aux truffes de la saison a eu lieu début décembre. Cette tradition, solidement ancrée dans le Périgord depuis la nuit des temps, se perpétue cette année malgré la crise sanitaire.

Pour ce premier rendez-vous gourmand de l’année, le précieux champignon noir s’est toutefois fait assez discret, à cause d’une météo peu favorable. Il y a eu beaucoup de pluie et pas assez de froid cet automne. Le marché s’est toutefois tenu avec toujours le même rituel.

À 7h30, les apporteurs de truffes passent au contrôle qualité. “Les truffes sont contrôlées une à une, toutes celles qui sont immatures, abîmées ou pas de la bonne espèce sont retirées”, explique un connaisseur. Ce jour-là, quelque 600 grammes sont refusés et presque six kilos ont passé le test : c’est tout de même six fois moins que l’an passé à la même époque.

Les truffes sont étalées avant le début de la négociation à 9h pétantes.
Les truffes sont étalées avant le début de la négociation à 9h pétantes. Crédit : Denis Granjou / RTL

Sentir les truffes malgré le masque

Les apporteurs étalent ensuite les truffes sur des tables. À 9h précises, la cloche retentit : les négociations peuvent commencer, dans toutes les langues puisqu'on entend beaucoup parler anglais dans cette région.

À lire aussi
Dordogne
Les infos de 8h - Périgueux : l'évasion rocambolesque de deux détenus

Cette année, c'est une révolution car pour la première fois, on ne peut pas prendre la truffe dans sa main et la respirer pour capter son parfum, une pratique ancestrale qu’il a fallu modifier, Covid-19 oblige. "Même avec le masque, on sent quand même bien les arômes", relativise un acheteur.

Les truffes valent entre 400 et 600 euros le kilo.
Les truffes valent entre 400 et 600 euros le kilo. Crédit : Denis Granjou / RTL

Il ne reste plus qu’à déguster ce délicieux mets, avec une règle d'or : "moins on la cuit, meilleure elle est". C’est parti pour un plat, disons peu light : "Vous préparez un foie gras poêlé, passé pendant une petite minute de chaque côté dans une poêle à feu doux, vous râpez de la truffe par dessus, vous faites un déglaçage avec un vinaigre balsamique ou au miel et vous avez une entrée fabuleuse !"

Pour ce tout premier marché, les prix ont varié de 400 à 600 euros le kilo, selon la qualité des truffes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation Gastronomie Sud-Ouest
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants