1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Déconfinement : Valérie Trierweiler dresse la liste des mécontents
2 min de lecture

Déconfinement : Valérie Trierweiler dresse la liste des mécontents

ÉDITO - Pour certains ce mercredi 19 mai signifie le retour des jours heureux, pour d'autres ce n'est pas la même chanson. Soignants, gouvernement, fainéants... Valérie Trierweiler fait le tour des mécontents du déconfinement.

Un homme en colère (illustration)
Un homme en colère (illustration)
Crédit : Glib Koval / EyeEm / GETTY
L'oeil de... du 19 mai 2021
04:20
L'œil de... Valérie Trierweiler du 19 mai 2021
04:20
Valérie Trierweiler
Journaliste

Il y a toujours des gens qui sont à contre-courant. Nous sommes nombreux à avoir attendu cette date du 19 mai et la réouverture quasi-générale. Aujourd’hui, des millions de Français reprennent le chemin du travail. En avril, on comptait 8,6 millions de salariés au chômage partiel soit un tiers des salariés français. C’est colossal, l’équivalent de 832 millions d’heures de travail. Certains ne se trouvaient pas si mal dans cette situation même si évidemment ce n’est pas la majorité.

 
D’autres encore ne sont pas contents de ce déconfinement. Parmi eux les jaloux, c’était tellement pratique d’avoir son conjoint coincé à la maison à partir de 19 heures. Les radins aussi, ceux qui ont oublié leur portefeuille au moment de régler l’addition. Au total, ce sont 100 milliards que les Français ont épargné. Cet argent, il va bien falloir le lâcher si on veut que la croissance reparte.

 
Et puis il y a également, les geeks, les fainéants, les misanthropes, les bobos qui, grâce au télétravail profitaient de leur résidence secondaire sur l’île de Ré ou ailleurs, les riverains des terrasses, les livreurs dont certains vont perdre du travail, les hypocondriaques, ceux qui ont plus peur des petits microbes que des grosses bêtes ou encore les marchands de canapés, premier achat durant les confinements. 


Autres mécontents : Jeff Bezos, le patron d’Amazon qui détient une fortune de 196 milliards de dollars et qui a pu empocher 13 milliards en une seule journée, les femmes qui ne vont plus garder leur mari les soirs de match puisqu’ils vont pouvoir retourner au stade et puis celles qui avaient renoncé à s’épiler, les instituts rouvrent leurs portes. 

À lire aussi

N'oublions pas les netflixcozores, les chiens qui étaient sortis 10 fois par jour et par nuit, ceux qui vont devoir retourner voir papy et mamie, les kilos sur les hanches qui vont devoir dégager dans les salles de sport, les parents qui avaient promis d’emmener les gosses à Disneyland, et les privilégiés qui avaient une ordonnance de complaisance pour aller à la piscine bien tranquille.

Les soignants inquiets et les politiques sur le qui-vive

Plus sérieusement, il y a les soignants qui s’inquiètent de la situation. Même si le nombre de décès a considérablement baissé, il reste plus de 4.000 personnes en réanimation. Médecins et infirmières sont épuisés. Ils aimeraient eux aussi aller au cinéma et sur les terrasses. Ils ont surtout peur que la pandémie reparte à la hausse après ce lâcher prise.

 
Il y a aussi les politiques qui vont devoir reparler des vrais sujets. En premier lieu Emmanuel Macron qui va devoir gérer avec habilité le compte-à-rebours s’il veut avoir une chance d’être réélu. En plus du cap des régionales, le président veut engager une ou deux grandes réformes. On évoque celle liée à la dépendance ou encore aux retraites. Et peut-être les deux !

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/