2 min de lecture langue française

Ciné, prof, fac, bourge : parlez-vous tronqué ?

Un phénomène étrange raccourcit les mots de la langue française. Muriel Gilbert se penche sur la question.

Un bonbon sur la langue - Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
Ciné, prof, fac, bourge : parlez-vous tronqué ? Crédit Image : Fred Dufour / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert édité par Louis Rigaudière

Si je vous dis : "Ce prof de fac un peu bourge rêve d’un appart avec la clim", est-ce que quelque chose vous semble surprenant ? En dehors du fait qu’il a de drôles d’envies pour un mois de novembre, ce prof, je veux dire… "Prof, fac, bourge, appart, clim" : cette phrase est pleine de ce que l’on appelle des troncations, des mots abrégés, quoi.

Je l’ai tirée du livre à la fois savant et rigolo d’un éminent linguiste amoureux de la langue française, Bernard Cerquiglini. Ça s’appelle "Parlez-vous tronqué ?", et c’est publié chez Larousse. Les Français abrègent de plus en plus les mots, et c’est de ce constat qu’est né le livre. "Instit, ciné, cas soss, exam, coloc" sont des mots tronqués, mais c’est aussi le cas de la Sécu, pour la Sécurité sociale, du bac, pour le baccalauréat, des allocs pour les allocations familiales... c’est sans fin.

On abrège par suppression de syllabes au début du mot (en termes savants, ça s’appelle une aphérèse) ou à la fin du mot (ce que les spécialistes appellent une apocope et qui est nettement plus fréquent). Si vous parlez de Ricains au lieu d’Américains ou de ciflard au lieu de sauciflard, vous pratiquez sans le savoir une aphérèse. 

Un phénomène qui remonte au XIXème siècle

Chic, non ? Tandis que la copine qui vous donne rendez-vous cet aprèm au lieu de cet après-midi effectue une apocope. Mais ça peut même se faire sur une expression, par exemple si je dis "à toute" au lieu de "à tout à l’heure" ou "ça m’faiche" au lieu de… je vous laisse imaginer quoi !

À lire aussi
voltaire rousseau Thomas Hugues
Voltaire et Rousseau, une amitié impossible !

On a des traces écrites du phénomène dès le début du XIXe siècle, mais il pourrait être nettement plus ancien, selon Bernard Cerquiglini, puisqu’il est né dans la langue orale familière. Et puis, on l’a presque oublié, mais les mots kilo, météo, métro, photo, radio, taxi ou vélo sont des versions abrégées de kilogramme, météorologie, métropolitain, photographie, etc. 

Plusieurs conséquences à ces changements

Parfois, d’ailleurs, à force d’abréger, on a créé des homonymes : c’est ainsi que radio désigne à la fois la radio des poumons (radiographie), et la radio RTL (la radiodiffusion) ! Certains mots ont même subi plusieurs fois le processus de raccourcissement : c’est le cas de cinématographe, qui est devenu cinéma, puis ciné. 

Notre linguiste a aussi remarqué une tendance nouvelle : on abrégeait au début du XXe siècle en respectant les syllabes, c’est à dire que l’on coupait le mot après une voyelle : cinéma, vélo, etc. Aujourd’hui, de plus en plus, on tend à abréger après une consonne. On disait un prolo, la mode est désormais au "prol". Taximètre a été abrégé en taxi, mais on dit maintenant souvent qu’on prend un "tax", etc. Bref, on tronque de plus en plus !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
langue française Mots Orthographe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants