2 min de lecture Confinement

Coronavirus : "On n'est pas sorti de l'auberge", prévient Frédéric Valletoux

INVITÉ RTL - Le président de la Fédération hospitalière de France appelle à ne pas se réjouir très tôt des maigres signes d'amélioration de la situation face au Covid-19.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
L'invité de RTL Soir du 10 avril 2020 Crédit Image : Thomas SAMSON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier édité par Ryad Ouslimani

Lors de son point quotidien concernant la pandémie de Covid-19, Jérome Salomon a indiqué que 82 lits en soins intensifs avaient été libérés. Mais sur un volume de 7.000 lits toujours occupés, il n'y a pas de quoi se risquer à y voir une accalmie. "On reste dans l’œil du cyclone", prévient sur RTL Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France.

"Il y a moins de patients, mais on reste à des niveaux de prise en charge très important, alors qu’on attaque la cinquième semaine de ‘plan blanc’", rappelle le médecin, maire de Fontainebleau. Ce dernier a peur de voir les Français mal interpréter les maigres signaux positifs, et profiter du beau temps pour sortir


"Si jamais on communique sur cette impression que l’étau se desserre on peut avoir l’impression de sortir du confinement", alerte Frédéric Valletoux. "On s’installe dans la durée, c’est long, et on n’est pas du tout sorti de l’auberge", assure-t-il en citant les exemples italiens ou espagnols. Des signes encourageant avaient alors été relevés, avant de revoir les chiffres repartir à la hausse. 

Un renfort trop tardif dans les Ehpad

"La charge pour le système de santé, elle est aujourd’hui très lourde et ce n’est pas terminé. L’épidémie continue de se propager, on est encore en phase d’extension. On est sur l’épaisseur du trait", explique Frédéric Valletoux. 

À lire aussi
Jean Castex, le 4 juillet 2020 Coronavirus France
Coronavirus : Jean Castex prépare la France "à une éventuelle deuxième vague"

Le président de la Fédération hospitalière s'exprime aussi concernant les chiffres alarmants dans les Ehpad, où selon lui la situation a été prise avec du retard. "On n’a peut-être pas vu tout de suite qu’il fallait multiplier la vigilance médicale dans ces établissements", se risque-t-il à l'antenne. "On a des taux de résidents touchés très importants, sur des personnes très fragiles, et surtout un taux de personnel contaminé très important", rappelle Frédéric Valletoux. 

Des soignants infectés qui doivent alors être mis de côté et remplacés. "On a dans certains Ehpad 30% des personnels qui ne sont pas là (...) On doit envoyer dans les Ehpad plus de personnel pour épauler les équipes", appelle Frédéric Valletoux, qui a écrit en ce sens à Olivier Véran, ministre de la Santé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Coronavirus Épidémie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants