2 min de lecture États-Unis

Coronavirus : non, l'université de Stanford n'a pas prouvé que les masques étaient inutiles

FACT CHECKING - L'université de Stanford a dénoncé une appropriation d'identité après la diffusion d'une fausse étude qui avance que le port du masque est inutile pour se protéger contre le coronavirus.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
États-Unis : non, l'université de Stanford n'a pas prouvé que les masques étaient inutiles Crédit Image : Karolina Grabowska / Pexels | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Florise Vaubien

Ce mardi, l'université de Stanford, aux États-Unis, a-t-elle démontré l'inutilité des masques contre le coronavirus ? Il va être de plus en plus difficile de démêler ce qui est vrai de ce qui est faux si l'université de Stanford s'y met aussi. Située au sud de San Francisco, en Californie, elle est pourtant réputée pour son sérieux et son prestige.

Il s'agit d'une publication assez classique, partagée des milliers de fois notamment sur Facebook, dans laquelle on retrouve toutes les critiques portées contre le port du masque depuis un an. Étouffements, problèmes physiologiques et psychologiques, décès prématurés : l'université de Stanford dresserait un sévère constat

L'AFP Factuel qui à débusqué ce message renvoie aux études conséquentes prouvant l'efficacité du masque dans la diminution de la transmission du virus. Une étude de la Royal Society, une autre publiée par le journal scientifique The Lancet et une troisième de l'Académie des Sciences américaines vont dans le même sens : le masque est utile et efficace

L'auteur de ce message s’étonne qu’aucun grand média n’ait parlé de cette étude. Peut être parce que tout est faux et surtout parce que cette étude ne vient pas de l'université en question. Stanford dément et se plaint d'une appropriation d'identité, encore ratée

Une fausse étude dans un contexte de défiance

À lire aussi
Coronavirus Chine
Coronavirus : des scientifiques relancent l'hypothèse d'un accident à l'Institut de Wuhan

Le contexte est fertile pour ce genre d'intox. En effet, certains pays comme Israël, ayant connu un vrai succès de leur campagne vaccinale, n'obligent plus le port du masque dans la rue depuis le 18 avril dernier. C'est le cas également en Australie. En France, on s'interroge sur son maintien concernant les personnes totalement vaccinées. 

Dans un avis publié le 26 avril, le Haut Conseil de la santé publique recommande un assouplissement du port du masque dans le "cadre privé familial ou amical en milieu fermé",à la condition de bien respecter les gestes barrières. Le prochain débat devra trancher s'il faut ou non assouplir les mesures pour ceux qui sont protégés contre le virus. 

L'université Stanford est prestigieuse donc ciblée comme toutes les institutions depuis le début de la crise du Covid. Cet exemple est typique de la fabrique de la fausse information : il suffit juste d'établir une théorie et de rajouter l'expression "selon une étude de l'université de Stanford". Une référence qui attire l'oeil et qui donne un vernis de crédibilité.

Sur la toile, on retrouve ce procédé pour le confinement ou une liste de conseils contre les mesures sanitaires qui a été très partagée. Donc restez prudent et concernant le masque, gardons en tête le slogan d'une autre pandémie : "Sortez couvert !".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Coronavirus Coronavirus États-Unis
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants