1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : le vaccin Johnson & Johnson, "immoral" pour les catholiques ?
2 min de lecture

Coronavirus : le vaccin Johnson & Johnson, "immoral" pour les catholiques ?

FACT CHECKING - La conférence des évêques catholiques des États-Unis dénonce la présence de tissu fœtal avorté dans le vaccin. C'est faux, des "lignées fœtales" sont seulement utilisées en laboratoire.

Le vaccin Johnson & Johnson pourrait être distribué aux États-Unis dès avril.
Le vaccin Johnson & Johnson pourrait être distribué aux États-Unis dès avril.
Crédit : JUSTIN TALLIS / AFP
Coronavirus : le vaccin Johnson & Johnson, "immoral" pour les catholiques ?
03:15
Affaire Karachi : la cour de justice de la République trop clémente ?
02:37
Coronavirus : le vaccin Johnson & Johnson, "immoral" pour les catholiques ?
03:15
Affaire Karachi : la cour de justice de la République trop clémente ?
02:37
micro générique
Jean-Mathieu Pernin

Après l’approbation par les États-Unis d’un troisième vaccin, celui des laboratoires Johnson & Johnson, la conférence des évêques catholiques du pays dénonce ses procédés de fabrication. Les hommes de foi ne souhaitent ce vaccin en dernier recours, en raison, disent-ils, de la présence de cellules cultivées en laboratoire prélevées dans des tissus de fœtus avortés. 

Les fabricants de vaccins ont expliqué à la chaîne CNN qu’aucun tissu fœtal n’est présent dans le vaccin. Pour les tests des vaccins, il est vrai que ce qu’on appelle des "lignées fœtales" sont utilisées. Mais juste en laboratoire : rien n’est présent dans les flacons. 

Les tissus fœtaux issus d’avortements sont essentiels à la recherche scientifique depuis des décennies, rappelle The Washington Post. Ils ont notamment été utilisés pour rechercher des traitements pour un large éventail de maladies, “dont le virus Ebola et le cancer”. On ne vaccine pas avec les cellules d’un autre être humain, ça n’existe pas. D'ailleurs, le pape lui-même s’est fait vacciner. 

La composition des vaccins, objet de fantasmes

Et pourtant, c'est une fake-news qui perdure. Avant le Johnson & Johnson, un message viral dénonçait la présence de cellules humaines dans le vaccin AstraZeneca

À lire aussi

Deux choses doivent donc être expliquées. Premièrement, il est impossible de produire des virus sans cellule. Les chercheurs ont besoin de cultiver ces germes en laboratoire sur des "milieux de culture principalement d’origine animale ou de synthèse qui apportent les nutriments nécessaires à leur développement", indique le site Vaccination-info-service.fr. Un virus ne peut pas se reproduire seul explique également le journal Le Monde. 

Deuxièmement, quand on parle de lignée cellulaire, il s’agit de cellules prélevées dans les années 70. "Ces cellules ont été 'immortalisées' à l’époque, ce qui signifie qu’elles ont été modifiées génétiquement pour acquérir la capacité de se multiplier à l’infini", précise une chercheuse de l’Inserm dans le quotidien national, avant d’expliquer que "cette lignée cellulaire est utilisée dans les laboratoires du monde entier pour de nombreuses études depuis des décennies". Presque décevant...

La composition des vaccins a toujours fait l'objet de fantasmes. C’est même la base de la théorie des anti-vaccins radicaux : qu’y a-t-il dans les vaccins ? Mais se posent-ils autant la question pour les saucisses ? La théorie selon laquelle on nous injecte des cellules vivantes date... On retrouve des articles de 2018, au moment où la France est passée de 3 à 11 vaccins obligatoires, où sont évoqués les doutes de certains internautes sur la présence de cellules de reins de singe et de chien. C’est bien sur faux, c’est pour faire peur. Même si le quotidien peut parfois y faire penser, nous sommes pas dans la quatrième dimension.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/