2 min de lecture Santé

Vaccination obligatoire : d'abord les soignants avant toute la population ?

ÉDITO - Avec le risque des infections nosocomiales et l'envie de retrouver une vie normale, la piste de la vaccination obligatoire revient sur le devant de la scène.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Vaccination obligatoire ou surveillance de masse, vous préférez quoi ? Crédit Image : Oli SCARFF / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Aymeric Parthonnaud

Faut-il rendre la vaccination des soignants obligatoires ? Avant d’y penser, peut-être, pour tous les Français ? Olivier Véran, très tôt, à la rentrée dernière, expliquait que c'était impossible sinon certains soignants allaient se mettre en arrêt maladie ou carrément démissionner. Ce n'était pas le moment de perdre des bras dans les hôpitaux, expliquait alors le ministre de la Santé. Pour l'obligation nationale, la crainte des anti-vaccins avait pétrifié jusqu'au sommet de l'Etat. Un blocage que regrette un conseiller de l'époque car la vaccination aujourd'hui est considérée comme la seule piste pour vraiment s'en sortir. Si bien que le gouvernement n'hésite pas à tordre le bras des soignants réticents et là, le ton va changer. 

Il faut dire qu'à peine 1 soignant sur 3 est vacciné aujourd’hui alors que des doses attendent dans les frigos. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de problème d'organisation mais ça veut aussi dire qu'il n'y a pas d'emballement. A l'hôpital, des patients venus pour tout autre chose y attrapent le Covid, ce n'est pas un petit phénomène. Il a été étudié. On pourrait croire que travailler dans le milieu médical rendait moins réticent à la vaccination. Il n'en est rien. Le vaccin pour les soignants pourrait donc, s'il y a trop de résistance devenir obligatoire. 

Et pour la population générale ? Cela pourrait bien revenir dans le débat. Ce qu'a en tête le gouvernement, c'est un passe sanitaire, un passe vaccinal, qu'il faudrait présenter pour accéder aux restaurants, concerts, cinémas. L'idée avait fortement ému, il y a deux mois lorsqu'elle avait été glissée dans un projet de loi pendant les vacances de Noël. Deux mois plus tard, l'idée est de retour. Pour l'instant on ne constate pas de réaction outrée. L'envie de retrouver une vie normale va peut-être l'emporter. La première condition c'est qu'il faut, en revanche, des vaccins pour tout le monde. Si dans les faits on ne peut accéder à des lieux sans être vacciné, ça vient à rendre obligatoire, sans le dire, la vaccination. Nous avons encore un peu de temps pour en discuter. 

Si Emmanuel Macron en parle aujourd'hui, c'est pour dégager un horizon : après un printemps éprouvant il y aurait l'espoir d'un été serein. Impossible donc de traîner ou de souffrir la comparaison avec des voisins européens plus performants sur la vaccination. Les débats autour de ce passe seront périlleux, même au sein du gouvernement. Risquer d'être accusé d'être liberticide, encore une fois, personne n'en a envie...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Vaccin Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants