1 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : 12.000 policiers et gendarmes mobilisés pour faire respecter le couvre-feu

Gérald Darmanin a annoncé que 12.000 policiers et gendarmes seront mobilisés chaque nuit pour faire respecter le couvre-feu sanitaire dans les neuf métropoles concernées.

Des policiers faisant respecter le couvre-feu (illustration)
Des policiers faisant respecter le couvre-feu (illustration) Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini

Jean Castex a confirmé ce jeudi 15 octobre la mise en place d'un couvre-feu de 21h à 6h dans les métropoles en alerte maximale. "À 21 heures, chacun devra être chez soi. Sauf exception, les commerces, services, et lieux recevant du public devront rester fermés", a-t-il assuré. Les habitants de Paris et des huit autres métropoles qui seront soumis à ce couvre-feu nocturne devront donc se munir d’une attestation de sortie entre 21h et 6h du matin.

Afin de faire respecter ce couvre-feu sanitaire, Gérald Darmanin a ainsi annoncé que 12.000 policiers et gendarmes seront mobilisés chaque nuit. "12.000 policiers et gendarmes seront, chaque nuit entre 21 heures et 6 heures, spécialement chargés de faire vérifier effectivement les interdictions évoquées", a assuré le ministre de l’Intérieur.

Le ministre précise que ce sont 12.000 agents de la police nationale qui seront mobilisés sur les zones de couvre-feu pour procéder exclusivement à du contrôle sanitaire. Toutefois, il a assure que les policiers municipaux auront également le droit de faire du contrôle sanitaire avec l'accord du maire, comme les autres policiers ou gendarmes mobilisés généralement contre la délinquance.

Il a détaillé les sanctions encourant les personnes ne respectant pas ce couvre-feu. L'amende sera donc de 135 euros pour chaque violation. "Si, au bout de 3 fois, les policiers ou les gendarmes arrivent à confondre une personne qui fraude, une peine de 6 mois d'emprisonnement est possible ainsi que 3.750 euros d'amende", a expliqué le ministre de l'Intérieur. 

À lire aussi
Olivier Véran et Jean Castex à l'hôpital nord de Marseille, le 24 octobre 2020. Coronavirus France
Les infos de 18h - Marseille : "La progression de l'épidémie n'est pas terminée", prévient Castex

Gérald Darmanin précise que l’on "pourra toujours continuer à écrire sur un papier libre, notamment pour les personnes les plus âgées ou les gens qui n’ont pas d’imprimante ou de photocopieuse à disposition immédiatement" et ainsi combler l’absence de l’attestation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Policiers Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants