1 min de lecture Réforme des retraites

Conférence de financement des retraites : "Nous ne sommes pas dupes", assure FO

INVITÉ RTL - Yves Veyrier, secrétaire général de Force Ouvrière, va participer à la conférence de financement des retraites qui débute ce jeudi 30 janvier et durera 3 mois. Le syndicaliste est ferme.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Conférence de financement des retraites : "Nous ne sommes pas dupes," dit Yves Veyrier Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Sarah Belien

Ce jeudi 30 janvier marque le point de départ de la conférence de financement des retraites. Le gouvernement et les syndicats ont 3 mois pour trouver 12 milliards d'euros qui serviront à financer un nouveau système de retraites. "J'ai expliqué qu'à chaque fois que je pensais que ça en valait la peine, j'irai bagarrer pour ce que je crois être juste. Donc on va bien voir ce qu'il en est", a déclaré sur RTL Yves Veyrien, secrétaire général de Force Ouvrière (FO).

"Parce qu'il y a eu la grève, le gouvernement a dû reculer et il a reculé," a affirmé le syndicaliste pour expliquer la mise en place de cette conférence. Yves Veyrier justifie sa présence à la table des négociations par sa position "contre l'âge pivot, que ce soit maintenant ou demain avec le futur système de retraites par points, dont nous ne voulons pas," a martelé Yves Veyrier.

Ce jeudi 30 janvier, les intentions du secrétaire général FO sont claires. "Cet après-midi, je vais commencer par dire au Premier ministre que : un, nous ne sommes pas dupes de l'opération. Deux, nous n'aurons pas notre attention détournée du principal objet qui est le futur système de retraites. Et trois, je vais aller voir si je peux défendre l’intérêt des salariés," énumère-t-il.

Je ne veux pas qu'on aille puiser dans les réserves des régimes complémentaires

Yves Veyrier
Partager la citation

Le syndicaliste, qui était pour le retrait en bloc de la réforme des retraites très contestées ces dernières semaines, veut veiller aux nouvelles solutions proposées. "Je ne veux pas qu'on aille puiser dans les réserves des régimes complémentaires, ou dans les ressources consacrées aux accidents du travail et aux maladies professionnelles," expose-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Syndicats Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants