3 min de lecture Féminisme

Comment #MeToo est devenu le symbole féministe de la décennie

DANS LE RETRO (2/3) - Pendant la décennie 2010, la parole des femmes s'est libérée dans un élan féministe cristallisé par le mouvement #MeToo. Deuxième partie du récit d'une décennie de lutte pour l'égalité.

Les hashtags #metoo et #balancetonporc écrits sur une main lors d'un rassemblement place de la République à Paris, en octobre 2017 (illustration)
Les hashtags #metoo et #balancetonporc écrits sur une main lors d'un rassemblement place de la République à Paris, en octobre 2017 (illustration) Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

#YesAllWomen, #NiUnaMenos, #BalanceTonPorc : la décennie 2010 a vu fleurir des centaines de hashtags encourageant les femmes à prendre la parole sur les injustices et violences qu'elles subissent. Partout dans le monde, elles se sont saisies des réseaux sociaux et rassemblées IRL (In real life, NDLR) pour protester contre les inégalités. Un combat féministe dont le mouvement #MeToo est devenu, sans conteste, le symbole de la décennie.

Dès 2010, des mouvements féministes sont nés aux quatre coins du monde : en Amérique Latine, au Maghreb et au Moyen-Orient, mais aussi en Asie avec l'exemple de l'Inde. Mais après l'élection de Donald Trump en 2016, ce sont les États-Unis qui concentrent l'attention. Le nouveau président des États-Unis est mis en cause par des dizaines de femmes pour des faits de violences sexuelles. Dès le lendemain de sa prise de fonction, le 21 janvier 2017, est organisée la première Marche des Femmes (Women's March) en signe de protestation. Aujourd'hui, elle est devenu un rendez-vous annuel pour la défense de leurs droits.

#MeToo, le cri d'alarme

C'est sur ces bases déjà solides que l'indignation autour de l'affaire Harvey Weinstein éclate. Ce producteur américain est accusé par des dizaines d'actrices de violences sexuelles dans une enquête publiée par le journaliste Ronan Farrow dans The New York Times. Rose McGowan, Alyssa Milano, Asia Argento... Très vite, les témoignages d'actrices affluent sur les réseaux sociaux accompagnés du hashtag #MeToo lancé à l'origine par l'artiste afro-américaine Tarana Burke en 2007. Les femmes du monde entier s'en emparent pour dénoncer les viols, le harcèlement et les agressions sexuelles. 

S'en suit une véritable remise en cause des rapports de domination et de pouvoirs dans tous les milieux. La dénonciation d'un système sexiste et misogyne favorisant les hommes au détriment des femmes n'est plus l'apanage de militantes féministes chevronnées. Le 29 octobre 2017, des milliers de femmes se rassemblent à Paris pour faire entendre leur voix et faire preuve de sororité face aux violences sexistes et sexuelles.

Ils sont la continuité "dans la vraie vie" des hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc
Ils sont la continuité "dans la vraie vie" des hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc Crédit : Arièle Bonte pour RTL Girls

Au de-là de celui de Harvey Weinsten, qui sera jugé en janvier 2020, beaucoup de noms d'agresseurs présumés ont été cités, mais très peu d'hommes ont été poursuivis en justice et condamnés. Parmi les rares affaires jugées, aux États-Unis, le médecin Larry Nassar a été condamné à 175 ans de prison pour avoir agressé sexuellement des dizaines de jeunes gymnastes. En Suède, le Français Jean-Claude Arnault a lui été condamné à deux ans de prison pour viols. 

À lire aussi
Au Royaume-Uni, le coût annuel moyen des protections périodiques est de 500 livres. (565 euros) droits des femmes
L'Écosse devient la premier pays à instaurer la gratuité des protections hygiéniques

En France, secouée par l'affaire Denis Baupin en 2016, #MeToo se transforme en #BalanceTonPorc. La journaliste Sandra Muller, à l'origine du mouvement, accuse son ex-patron Éric Brion de harcèlement sexuel - elle a été condamnée pour diffamation en septembre dernier. 

Dans l'Hexagone, la libération de la parole des femmes ne fait pas consensus : quand certaines défendent "la liberté d'importuner", d'autres dénoncent "le tribunal du buzz". Qu'importe, le combat continue. #BalanceTonPorc obtient même son hymne, brillamment interprété par la chanteuse Angèle : "Balance ton quoi".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Féminisme International Politique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants