1 min de lecture Consommation

Bio : "40 % de la cherté supplémentaire s'explique par la sur-marge" selon l'UFC-Que choisir

Pour Alain Bazot, président de l'association, "c'est vraiment se moquer du monde", car "le consommateur est prêt à payer plus cher et il ne sait pas ce qui est légitime comme différentiel de prix."

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
3 minutes pour comprendre du 22 août 2019 Crédit Image : MYCHELE DANIAU / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Micro RTL
La rédaction de RTL édité par Paul Turban

Deux ans après la publication d'une étude qui pointait les sur-marges de la grande-distribution sur les fruits et légumes bios, l'UFC-Que Choisir dénonce la persistance de cette pratique commerciale, qui pénalise le consommateur. "Il n'y a pas grand chose qui a bougé en deux ans, selon Alain Bazot, président de l'association de consommateurs qui publie ce jeudi 22 août une vaste enquête sur le prix des produits bios. La grande distribution continue de sur-marger sur des produits qui font l'objet d'un engouement de plus en plus grand de la part des consommateurs."

"Les citoyens, à leur niveau, font le choix de plus en plus de ces produits bios, explique Alain Bazot. Donc la grande distribution profite de cette opportunité sachant que le consommateur a conscience que le bio coûte plus cher, parce que c'est plus cher à produire, les rendements sont moindres, etc."

Or, selon le président de l'UCF-Que Choisir, "cette cherté ne s'explique pas uniquement par le coût de production, 40 % de la cherté supplémentaire s'explique par la sur-marge de la grande distribution." Par exemple, pour la pomme, la marge sur le conventionnel est de moins de 90 centimes, alors que sur le bio, la grande distribution prend 2,20 euros de marge selon Alain Bazot. 

La grande distribution met en avant un plus gros taux de déperdition du bio. Mais, pour Alain Bazot, "c'est vraiment se moquer du monde", car "le consommateur est prêt à payer plus cher et il ne sait pas ce qui est légitime comme différentiel de prix." Cela représente "plus de 120 euros de différentiel" par an, estime l'UFC-Que Choisir. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation Bio Fruits et légumes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7798209911
Bio : "40 % de la cherté supplémentaire s'explique par la sur-marge" selon l'UFC-Que choisir
Bio : "40 % de la cherté supplémentaire s'explique par la sur-marge" selon l'UFC-Que choisir
Pour Alain Bazot, président de l'association, "c'est vraiment se moquer du monde", car "le consommateur est prêt à payer plus cher et il ne sait pas ce qui est légitime comme différentiel de prix."
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/3-minutes-pour-comprendre-du-22-aout-2019-7798209911
2019-08-22 07:25:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/HGahBoDDBtEGFgfStYM4Ng/330v220-2/online/image/2019/0822/7798209978_des-legumes-issus-de-l-agriculture-biologique-illustration.jpg