4 min de lecture SNCF

Transports : 5 questions sur le fret ferroviaire, que le gouvernement veut relancer

Parmi les objectifs du gouvernement Castex figure celui de développer le fret ferroviaire, à la peine depuis plusieurs années. On vous explique les enjeux de la relance de ce secteur en 5 questions.

Coline Daclin Journaliste

C'est un des grands objectifs du gouvernement Castex : relancer les trains. Trains de nuit, petites lignes, mais aussi fret ferroviaire ont été évoqués par le président de la République et son nouveau Premier ministre Jean Castex. En ligne de mire, l'idée de revaloriser les "territoires", le fameux mot utilisé 25 fois par le Premier ministre dans son discours de politique générale. 

Le 14 juillet, Emmanuel Macron l'a ainsi dit fermement : "On va redévelopper le fret ferroviaire massivement". En effet, le transport de marchandise en France n’assure plus que 9% du trafic de marchandises. C'est moins que nos voisins européens, comme la Suisse (35%), l'Autriche (32%) et l’Allemagne (18 %). 

Mais pourquoi vouloir relancer le fret ferroviaire maintenant ? On vous explique en 5 questions quels sont les enjeux derrière le discours politique.

1. Le fret ferroviaire, qu'est-ce que c'est ?

Le fret ferroviaire, c'est le transport de marchandises par le train. C'est la deuxième activité de transport ferroviaire après le transport des personnes. Jusqu'en 2003, le fret en France était assuré par la SNCF, puis il a été ouvert à la concurrence à travers l'Union européenne.

2. Est-ce une mesure écologique ?

À lire aussi
Un train low-cost Ouigo de la SNCF, à la Gare de Lyon (Paris) le 19 février 2013 SNCF
Coronavirus : comment la SNCF a limité la casse avec des billets à petits prix

Le retour du fret ferroviaire est mis en avant par le gouvernement et le président de la République comme une mesure pour favoriser la transition écologique. En effet, le transport ferroviaire est l'un des moins polluants. En 2017, il représentait 0,3% des émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports, contre 22% pour le transport par poids lourds. "Un train représente 50 camions en moins sur les routes", disait le gouvernement dans une communication d'avril 2018

3. Quels objectifs en matière de relance du fret ?

Pour l'heure, le gouvernement s'en est tenu à des annonces assez vagues. Il n'a donné aucun objectif chiffré sur la relance du fret ferroviaire. Tout ce qu'on sait, c'est que le gouvernement prépare un "grand plan de relance pour le ferroviaire", selon Barbara Pompili, nouvelle ministre de la Transition écologique. Le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, serait "en train de travailler dessus".

En Europe, un groupement appelé "Rail Freight Forward", composé d'acteurs du marché ferroviaire, ambitionne de faire monter à 30% la part du fret dans l'Union. "La vision de 'Rail Freight Forward' consiste à faire du fret ferroviaire le pilier hautement performant, efficace et durable du transport multimodal européen", assure le groupe.

En France, la filière du fret ferroviaire a créé l'alliance 4F ("Fret Ferroviaire Français du Futur"), et envisage de doubler la part du fret terrestre d'ici 2030, pour la faire passer à 18% du trafic de marchandises. Pour cela, le coût des travaux à faire sur le réseau ferroviaire sont estimés par le groupe à 1 milliard d'euros d'ici à 2024 puis à 12 milliards entre 2025 et 2030.

4. Pourquoi le fret a-t-il été mis de côté ces dernières années ?

En 1985, la part du ferroviaire dans le transport de marchandise était beaucoup plus élevée, environ 30%. Il est aujourd'hui 3 fois moins important. Fret SNCF, la filiale de fret de la compagnie de chemins de fer, a vu au fil des années plusieurs réductions d'effectifs, et sa dette est estimée 5 milliards d’euros

De nombreux facteurs sont évoqués pour expliquer les difficultés du secteur : la désindustrialisation, la crise économique de 2008, un manque de compétitivité du secteur des transports français par rapport aux autres pays européens... D'autres évoquent l'ouverture à la concurrence du fret, qui aurait poussé les entreprises du secteur à se replier uniquement vers les points les plus rentables. Enfin, l'état du réseau ferroviaire serait aussi en cause, d'où l'utilité de travaux pour relancer la filière.

5. La ligne Perpignan-Rungis va-t-elle repartir ?

La ligne de fret entre Perpignan et Rungis est l'un des symboles de la réduction du fret ferroviaire en France ces dernières années. Le "train des primeurs" transporte des fruits et légumes entre le marché international de Saint-Charles, à Perpignan, et celui de Rungis, en Île-de-France, est à l'arrêt depuis un an

Le 6 juillet dernier, quelques centaines des militants syndicaux, politiques et associatifs ont une nouvelle fois manifesté à Perpignan pour que la ligne soit remise en marche. En effet, en septembre dernier, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne avait promis une remise en circulation d'ici novembre 2019. Sans mise en application. En cause notamment, les inondations de la fin du mois de novembre, qui auraient abîmé les voies. La situation est d'autant plus floue qu'en juin, la CGT a dénoncé un plan visant à détruire une trentaine de wagons, sur les 80 du train des primeurs. Un projet qui ne s'est pas concrétisé.

Avec la nomination de Jean Castex au poste de Premier ministre, les questions autour de l'avenir de cette ligne remontent à nouveau. Mardi 14 juillet, à l'Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon a d'ailleurs évoqué la situation après le discours de politique générale de Jean Castex. "Rétablirez-vous la ligne de fret de Perpignan Rungis ? Non. Et le monopole de la SNCF ? Non. Où est l’argent d'ailleurs pour le rail ?", a demandé le président de la France insoumise. 

Les espoirs sont d'autant plus grands que Jean Castex connaît bien la situation de cette ligne, en tant que maire dans les Pyrénées-Orientales. Il a même écrit un livre sur une autre ligne de chemins de fer du département, entre Perpignan et Villefranche-de-Conflent.

Lire la suite
SNCF Transports Trains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants