3 min de lecture Remaniement ministériel

Barbara Pompili : qui est la nouvelle ministre de la Transition écologique ?

PORTRAIT - Barbara Pompili, députée LaREM et ancienne secrétaire d'État de François Hollande, a été nommée ministre de la Transition écologique ce lundi 6 juillet.

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique.
Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. Crédit : AFP / LIONEL BONAVENTURE
benoit
Benoît Collet et AFP

Barbara Pompili, députée LaREM de la Somme et présidente de la commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire à l'Assemblée nationale, a été nommée ministre de la Transition écologique dans le gouvernement de Jean Castex, le 6 juillet.

Auprès de la ministre de la Transition écologique ont été nommés Emmanuelle Wargon, chargée du Logement et Jean-Baptiste Djebbari, chargé des Transports. En regroupant ces trois ministères, et en plaçant la ministre Barbara Pompili en deuxième position dans l'ordre protocolaire, Emmanuel Macron entend montrer qu'il donne de l'importance aux questions climatiques.

Avant LaREM, Barbara Pompili a longtemps été encartée chez EELV, avant de quitter le parti écologiste pour entrer dans le gouvernement de Manuel Valls. Désormais au ministère de la Transition écologique, elle remplace Elisabeth Borne et va avoir la lourde tâche de verdir l'image du gouvernement face à la montée en puissance d'EELV lors des dernières municipales.

"Je me fais peu d'illusion, ce mandat arrive à sa fin et le gouvernement n'a pas appris les leçons de la crise écologique. J'espère tout de même que Pompili arrivera à arracher quelques victoires, sur les pesticides ou les énergies renouvelables", a réagi Julien Bayou, le secrétaire national d'EELV, sur RTL.

La politique est un métier où il faut se blinder

Barbara Pompili en 2012
Partager la citation
À lire aussi
Guillaume Larrivé, député de l'Yonne, et ancien candidat à la présidence du parti Les Républicains Les Républicains
Remaniement : Guillaume Larrivé aurait "évidemment" accepté d'être au gouvernement

Après une enfance à Liévin (Pas-de-Calais) et dans le bassin minier, cette fille d'institutrice auprès d'enfants handicapés fait ses études à l'IEP de Lille et adhère aux Verts en 2000. Elle devient la collaboratrice parlementaire du député Yves Cochet, qu'elle définit comme son "mentor". En 2002, elle s'occupe des relations avec la presse lors de la campagne présidentielle de Noël Mamère. En 2012, elle est elle-même élue députée de la Somme dans la circonscription comprenant Amiens. Avec François de Rugy, élu de Loire-Atlantique, elle instaure une coprésidence inédite pour le nouveau groupe écologiste.

"Elle a de la suite dans les idées tout en gardant une grande fraîcheur et en restant franche et directe", lui reconnaissait alors François de Rugy. "Ce n'est pas parce que je suis une femme jeune, écologiste, 'blonde, à forte poitrine' comme le diraient certains, que je dois me taire", déclarait en 2012 au Courrier Picard celle parfois surnommée "Barbie" par ses propres collègues. "La politique est un métier où il faut se blinder", dit aussi cette femme en pointe contre le sexisme en politique, divorcée et mère d'une fille. En mai 2016, elle dénoncera cependant "l'injonction pour être une victime" de Denis Baupin, qui était à l'époque accusé d'agressions sexuelles sur des collègues écologistes, avant que l'affaire ne soit classée sans suite.

Sous la précédente législature, elle a cogné parfois sur le gouvernement, notamment en raison de certains choix budgétaires ou en défaveur de l'environnement, et de plus en plus sur ses camarades d'EELV.

Une "écolo recyclée"

La rupture est consommée fin septembre 2015 lorsque Barbara Pompili, après François de Rugy et Jean-Vincent Placé, quitte le parti dans lequel elle ne se reconnaît plus. À partir de 2016, placée au gouvernement aux côtés de Ségolène Royal, Barbara Pompili fait adopter définitivement la loi pour la reconquête de la biodiversité.

En mars 2017, malgré la consigne du Premier ministre Bernard Cazeneuve à l'équipe gouvernementale, elle est la première à soutenir publiquement Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle et se présente sous l'étiquette LaREM à sa réelection dans la Somme.

Barbara Pompili est "une écolo recyclée", raille un collègue marcheur. Alors qu'elle n'est pas une proche d'Emmanuel Macron, certains redoutent qu'elle manque de poids politique. En septembre 2018, elle avait osé défier Richard Ferrand dans la course au perchoir de l'Assemblée, promouvant l'accession d'une première femme à cette fonction et récoltant près de 30% des suffrages 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Remaniement ministériel Écologie Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants