2 min de lecture Gilets jaunes

14 Juillet : "J'étais fou de rage", explique le "gilet jaune" qui a interpellé Macron

Richard est l'un des "gilets jaunes" qui a interpellé Emmanuel Macron à Paris le 14 juillet dernier. Il estime que la réaction du président était "de la provoc'" tout en reconnaissant qu'il a "du bagou".

Emmanuel Macron pris à partie par des gilets jaunes le 14 juillet aux Tuilleries
Emmanuel Macron pris à partie par des gilets jaunes le 14 juillet aux Tuilleries Crédit : Capture page Facebook "Gilets Jaunes Infos"
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Une vidéo qui parasite l'interview du 14-Juillet ? Se promenant avec son épouse au jardin des Tuileries à Paris, Emmanuel Macron a été interpellé par un groupe de "gilets jaunes". Des phrases comme "Tu vas virer", "Macron démission", "Vous êtes mon employé" ont fusé en direction du président de la République. 

L'un des "gilets jaunes" qui a fait face au chef de l'État revient sur cette rencontre improvisée. Richard, 48 ans et originaire de Saint-Quentin dans l'Aisne raconte au Parisien être venu participer à la manifestation du personnel soignant, place de la Bastille à Paris et être tombé "par hasard" sur le couple présidentiel

Avec d'autres "gilets jaunes", Richard va alors crier "Macron démission" et la réponse du président va le surprendre. "Un bon 14 juillet. Vous pouvez vous égosiller. Il y a une démocratie", a-t-il lancé. La réaction du "gilet jaune" est immédiate. "À ce moment-là, j'étais fou de rage. C'est de la provoc' et une forme de mépris. Déjà que je suis sanguin, mais alors c'est encore pire face à quelqu'un que je n'aime pas", raconte-t-il.

Revenir avec quelque chose qui a mis les gens dans la rue, c'est scandaleux

Richard, sur la réforme des retraites
Partager la citation

Sur BFMTV, Richard explique être "le premier" à avoir interpellé Emmanuel Macron. "Je lui parle sans aucune animosité directe, même si je ne l'aime pas du tout". Le cariste poursuit son récit : "Je lui dis : 'Monsieur le président, arrêtez avec la Brav, supprimez la Brav, parce que ce que j'ai vu il y a encore une heure, c'est insupportable'. C'est vrai que je ne suis pas dans mon état normal à ce moment-là, pas complètement en tout cas".

À lire aussi
Jean-Marie Bigard dans "Les Grosses Têtes" people
VIDÉO - Présidentielle 2022 : Jean-Marie Bigard lance un appel aux maires

Quelques instants plus tôt, le manifestant venait de "se faire gazer", comme il le raconte. "Comment voulez-vous qu'on réagisse ? On ne peut pas réagir normalement. Dans des conditions pareilles, c'était compliqué. Je n'ai pas de regrets sur le fond, mais j'aurai aimé expliquer nos revendications plus clairement, c'est sûr", reconnaît-il. Richard va interpeller Emmanuel Macron sur le retour du sujet hautement polémique de la réforme des retraites. "Je lui demande pourquoi il ressort ça maintenant", explique-t-il à BFMTV. 

"Je lui dis : 'Attendez ! Laissez-nous respirer (...) On sort de trois, quatre mois de coronavirus, de crise, de chômage qui nous tombe dessus... Revenir avec quelque chose qui a mis les gens dans la rue il y a quelques mois en arrière, c'est scandaleux. On dirait que c'est vraiment de la provoc'", se souvient-il. En conclusion, le Saint-Quentinois estime, dans Le Parisien : "Il m'a eu, c'est clair. À la fin, le ton est redescendu. Il a du bagou. Je n'arrivais même pas à le maudire. Je pense qu'il l'a fait exprès de venir voir le gueulard de la bande".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants