5 min de lecture Confinement

Coronavirus : 5 conseils pour bien gérer le télétravail pendant le confinement

ÉCLAIRAGE - Se retrouver confiné dans le même espace durant plusieurs semaines peut très vite engendrer un certain mal-être. Mais il est possible d'échapper au spleen.

S'organiser pour ne pas craquer durant le télétravail en plein confinement
S'organiser pour ne pas craquer durant le télétravail en plein confinement Crédit : Thinkstock
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Cela ne fait que quelques jours que des millions de Français sont confinés chez eux. Une mesure drastique qui a pour but de lutter contre l'épidémie de coronavirus. Mais bien que la raison soit d'importance capitale, il est déjà compliqué pour plusieurs de nos concitoyens de rester enfermés, et plus de 4.000 personnes ont été verbalisées pour s'être trouvées dans la rue pour des raisons jugées non primordiales par la maréchaussée, lors de la seule journée de mercredi 18 mars. 

Pour bien vivre le confinement et le télétravail, respecter les règles de santé publique, et ce sans en arriver à un point de rupture psychologique, il faut avoir une certaine discipline et de l'organisation. Et cela commence par repenser son espace, dans un moment où l'espace de travail et de vie privée se confondent et peuvent engendrer une confusion néfaste au bout de quelques jours ou semaines.

1. (Ré)aménager son espace

Le télétravail en plein confinement "nous touche dans notre rapport à l’espace vital", explique pour RTL.fr Catherine Gadea, sophrologue et somatothérapeute à Paris. "Là où, avant, notre espace vital pouvait s'ouvrir à l’extérieur, on se retrouve à devoir se recentrer", précise-t-elle. Il n'y a ainsi plus de "distance géographique" entre les espaces de travail et de vie privée, intime. Il va falloir en quelque sorte la créer.

Catherine Gadea préconise ainsi "d’alléger son appartement, de faire du tri, d’éviter le désordre". "On peut mettre les objets dans une caisse ou à la cave si on en a une", illustre-t-elle. Et ce pour "recréer une circulation nouvelle, renouveler notre espace", explique notre intervenante. "Il n’y a plus ce déplacement vers l’extérieur, c'est nécessaire de remettre de la circulation chez soi", schématise-t-elle.

À lire aussi
L'ancien ministre de l'Éducation nationale, Luc Chatel coronavirus
Coronavirus et plan pour l'automobile : des mesures "équilibrées", selon Chatel

Il faut au maximum "avoir un espace au mieux clos, au pire dédié, dans lequel on n’est pas dérangé par la machine à laver, les enfants ou le conjoint", abonde Vanessa, psychologue sociale. Il faut délimiter les espaces dédiés à chaque activité, car les circonstances les font brusquement fusionner. Une entreprise compliquée pour beaucoup de Parisiens, cloîtrés dans des espaces réduits. C'est pour cela qu'il faut un travail sur soi-même. 

2. Trouver d'autres moyens de "sortir"

En ces temps où mettre le nez dehors doit être réservé à des occasions précises et réglementées, il faut trouver d'autres moyen de s'oxygéner. "Il est important de respirer, plusieurs fois par jours, à la fenêtre", conseille notre sophrologue-somathotérapeute. La respiration est aussi une aide précieuse au moment où l'esprit peut arriver à saturation devant un écran d'ordinateur. 

Le point important consiste aussi à prendre des pauses, toutes les heures. "Pendant la pause de la journée, pensez à ouvrir les bras de chaque côté et donner cette ouverture qu’on ne va plus pouvoir donner dans l’action", explique Catherine Gadea. La position assise (ou demi-allongée) devenant quasiment la norme, il faut prendre un soin encore plus grand à l'assouplissement sa colonne vertébrale.

3. Prendre soin de son physique, exercer sa respiration

Respirer, arrondir le dos, se mettre accroupi les talons levés, marcher dans son logement. Ce sont autant d'exercices à faire afin de ménager une colonne vertébrale sollicitée et qui pourrait souffrir du confinement. Catherine Gadea explique qu'on peut aussi marcher au ralenti dans son appartement, sans forcément faire les cent pas


Ceci permet de "sentir le poids du corps et réveiller en profondeur le corps à la marche". On peut également tirer vers le haut afin d'ouvrir sa cage thoracique, pour encore une fois mieux respirer. Et une fois la journée terminée, il n'est pas inutile de se détendre en s'allongeant sur le sol. Il y a un apaisement à se relâcher en sentant néanmoins le soutien du sol. 

Enfin, on peut aussi appliquer un exercice de respiration particulier : avoir des expirations projetées pour lâcher vers l’extérieur, avant de moins en moins les projeter et de faire de moins en moins de bruit en projetant.  

4. Garder une véritable routine

En effet, travailler depuis chez soi demande de séparer les activités. Pour ce faire, il faut "garder ses routines habituelles", indique notre psychologue. En effet, elle préconise de "ne pas rester en pyjama, établir une liste des choses à faire, mettre en place des horaires de début et de fin de journée de travail, et également garder des contacts téléphoniques avec ses collègues". 

"Certaines études montrent des dégénérescences cérébrales faute de liens sociaux", appuie notre spécialiste. WhatsApp, Messenger, Slack... les moyens sont nombreux afin de garder le contact et la complicité (éventuellement) qu'on peut avoir au bureau. Travailler comme si de rien n'était est aussi un moyen ensuite de mieux se déconnecter et de "rentrer chez soi" sans passer géographiquement d'un lieu à un autre. 

5. Avoir des activités extra-professionnelles

Une fois les tâches professionnelles accomplies, il faut commencer par déconnecter ce qui relie au travail, à commencer par les smartphones et les ordinateurs. Il est alors temps de rentrer chez soi. "À la fin de la journée, il faut se retrouver dans des moments de calme, avec des activités très douces (lire, s’allonger sur le sol pour se détendre). Sans forcément communiquer, chacun peut avoir une activité différente", explique Catherine Gadea. 

Cela permet une transition en douceur. Le temps de transport étant supprimé, on peut mettre le gain de temps à profit. Cela permet ensuite de se tourner vers le jeu avec les enfants ou encore s'occuper (partager quand on vit à plusieurs) des tâches ménagère. "Ça vaut la peine que chacun se retrouve avec soi, avant de se retrouver dans la convivialité de la soirée. Ça permet de séparer cet espace consacré au travail avant de passer vers la convivialité", selon notre sophrologue-somathotérapeute.

Cette dernière insiste également sur la possibilité qu'a chacun de trouver ses propres astuces, que ce soit pour cette phase de transition entre travail et vie en communauté, ou l'organisation de l'espace. L'essentiel est "l'oxygénation". Elle recommande de "privilégier l’air, l’eau, prendre le temps de ressentir l’eau, en la passant sur le visage et quand on boit, retenir les gorgées en bouche pour humecter les muqueuses, comme on peut le voir dans la médecine chinoise".

La rédaction vous recommande


Lire la suite
Confinement Coronavirus Bien vivre au travail
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants