2 min de lecture Économie

Chômage : la France "mouton noir" de l'OCDE pour François Lenglet

Le taux de chômage en France a augmenté de 0,1% au troisième trimestre et s'élève à 8,6%. La France reste à la traîne de l'OCDE, malgré plus d'un million d'emplois créés depuis 2015.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Chômage : la France "mouton noir" de l'OCDE pour François Lenglet Crédit Image : AFP / PHILIPPE HUGUEN | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Florian Soenen

Le taux de chômage en France s'élève désormais à 8,6% alors que le trimestre précédent, il était de 8,5%. Au total, on compte 2,5 millions de chômeurs selon les normes du BIT. En trois mois il y a eu 10.000 chômeurs de plus. C’est décevant.

Ce qui frappe, ce sont deux éléments contradictoires : le chômage ne baisse pas alors que le nombre d’emplois créés augmente. Il y a sans doute l'effet de l’augmentation de la population active, soit avec l’effet classe d’âge soit avec l’immigration mais on n’a pas encore de données assez précises.

On voit que les plus de 50 ans n’ont pas du tout profité de la reprise de l’emploi. La France détient toujours un stock d’un million de personnes qui ont beaucoup de mal à trouver leur place sur le marché du travail. Certains sont obligés de rester inscrits au chômage en raison du recul de l’âge de départ légal à la retraite à 62 ans.

Un million d'emploi créés depuis 2015

De l’autre côté, la « job machine » fonctionne : il se crée en ce moment 1.000 emplois salariés marchands par jour au dernier trimestre en France. Depuis 2015, un million d’emplois ont été créés. Une performance remarquable car la croissance est assez médiocre. Les emplois sont créés essentiellement dans les services. Ils doivent probablement aller à des gens bien formés qui s’intègrent facilement.

À lire aussi
Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire le 11 juin 2018 à l'Élysée. augmentation de salaire
Smic : Bruno Le Maire défavorable à "un coup de pouce" le 1er janvier

Notre problème c’est la coexistence de deux difficultés symétriques : d’un côté un nombre important de personnes au chômage qui n’arrivent pas à s’intégrer sur le marché du travail. Ils ne sont plus employables car ils n’ont pas travaillé depuis longtemps, ils n’ont pas la bonne formation ou n’habitent pas dans les bonnes régions. De l’autre côté, un important nombre d’emplois reste non-pourvus. On n’arrive pas à marier les deux.

L'apprentissage se développe, une bonne nouvelle

Tous les pays de l’OCDE sont meilleurs que nous, à part la Grèce, l’Italie, la Colombie, l’Espagne et la Turquie. La quasi-totalité des pays de l’OCDE sont entre 3 et 5% de chômage. La moyenne est à 5% à cause de l’Europe du Sud qui est loin derrière les autres. La France est encore le mouton noir de l'OCDE. 

La promesse de descendre à 7,0% de chômage d’ici 2022, faite par Emmanuel Macron pendant la campagne, va être difficile à réaliser. Il y a visiblement des difficultés structurelles qu’il va falloir traiter par la formation, ce qui va être long. La bonne nouvelle, c’est que l’apprentissage décolle. Les modifications du système ont été efficaces : au moins du côté des jeunes on peut penser que la situation va s’améliorer de manière significative.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Chômage France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants