3 min de lecture Salaires

Patrons du CAC 40 : une augmentation des salaires qui cache des nuances

Une étude dévoile que les rémunérations des grands patrons ont augmenté en moyenne 3 fois plus vite que le reste des salaires. Mais en y regardant de plus près, les réalités sont plus nuancées.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Lenglet-Co du 07 novembre 2019 Crédit Image : AFP / Archives, Thomas Samson | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Ryad Ouslimani

Une étude sur les salaires des grands patrons vient de sortir. Une étude annuelle, réalisée par le cabinet Proxinvest pour la vingtième année consécutive. Les patrons du Cac 40, les 40 plus grandes entreprises françaises cotées à la bourse de Paris, ont vu leur rémunération s'établir à 5,8 millions d'euros en moyenne en 2018, c'est à dire une progression de 6%, trois fois plus que pour les salaires en moyenne, et alors que les bénéfices de ces entreprises ont chuté de 6%.

Mais cette moyenne est trompeuse, car elle est tirée à la hausse par la tête du classement, avec des rémunérations qui, selon Proxinvest, constituent une "dérive" problématique. En clair, il y a quelques cas patronaux de rémunérations très élevées qui déforment une moyenne en réalité plus sage. Ainsi, en tête du classement, Bernard Charlès, le patron de Dassault systèmes, un géant du logiciel qu'il a créé il y a plusieurs décennies, et développée de façon éblouissante. 

Salaire de Bernard Charlès : 33 millions selon Proxinvest, 23 millions selon l'entreprise, rémunération en très large partie constituée d'actions de Dassault systèmes, valorisées différemment par les deux parties. Derrière lui, François-Henri Pinault, patron de Kering, une entreprise de luxe qui possède notamment Gucci, 17 millions. Lui aussi a porté son entreprise au plus haut, depuis 2017.

Ghosn parmi les "moutons noirs"

Est-ce à dire que ces salaires sont mérités ? Je n'irai pas jusque là, j'observe que ces salaires faramineux sont attribués à des patrons qui ont performé. Vous allez me dire, heureusement ! Mais ça n'est pas le cas des deux suivants. Le numéro 3, on le connaît bien, c'est Carlos Ghosn, ex patron de Renault, qui décroche 14 millions d'euros, grâce à une augmentation qu'il s'est attribuée lui-même, de 130% sur son salaire de Nissan. Une somme à rapporter à l'état désastreux dans lequel il a laissé le premier constructeur auto mondial, fragilisé par l'animosité entre les Japonais et les Français. À rapporter aussi aux dizaines de millions qu'il s'était semble t-il attribué en plus, au Japon, en les dissimulant aux actionnaires. 

À lire aussi
Les femmes déclarent avoir moins confiance pour négocier leur salaire égalité hommes-femmes
D'après un sondage, les femmes négocient moins leur salaire que les hommes

Quant au numéro 4, c'est le pompon, Douglas Pferdhirt, patron de Technip FMC, 11 millions, alors que la fusion qu'il a conduite entre le français Technip, une de nos pépites technologiques en matière d'exploration pétrolière, et l'américain FMC. Un désastre pour les actionnaires et les salariés, un désastre pour la France, qui a vu l'une de ses sociétés de pointe passer sous le contrôle d'intérêts américains, avec la complicité de l'ancien patron français, parti lui aussi avec un gros chèque. On récompense ici une incompétence remarquable.

Un contrôle des actionnaires

Mais ça ne veut pas dire pour autant que rien n'a changé. C'est vrai que les rares moutons noirs déshonorent l'image des patrons, en les faisant passer pour des goinfres. Mais les choses se sont quand même améliorées. D'abord, l'avis des actionnaires est désormais pris en compte, dans la quasi-totalité des cas. Seul Carlos Ghosn avait pris la liberté d'outrepasser le refus de ses actionnaires, avec la complicité d'un conseil d'administration peu regardant. 

Ensuite, les stock-options ont disparu, au profit des actions, attribuées selon des critères de performance. Au total, ces éléments variables pèsent pour 40% des rémunérations. C'est d'ailleurs l'envolée du cours des actions l'année dernière qui explique en partie le salaire des patrons. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Salaires Économie CAC 40
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants