2 min de lecture Société

Alimentation : "Et si on était à la veille d’une révolution", demande Isabelle Saporta

BILLET - Après deux ans d'existence, la "marque du consommateur" a changé le paysage de l'agroalimentaire, en commercialisant un lait qui rémunère les éleveurs.

Isabelle Saporta C'est Comme ça Isabelle Saporta
>
Alimentation : "Et si on était à la veille d'une révolution", demande Isabelle Saporta Crédit Image : AFP / Archives, GEOFFROY VAN DER HASSELT | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Saporta
Isabelle Saporta

Cela fait maintenant deux ans qu’est née C’est qui le patron !, une marque qui entend redonner le pouvoir au consommateur et soutenir les producteurs. Un franc succès qui m'inspire un rêve : et si au lieu de créer des usines à gaz comme les États Généraux de l’alimentation qui, le plus souvent, comme tous ces grands raouts, accouchent d’une souris, pour ne pas dire d’un souriceau, nos politiques s’inspiraient de ce qui marche.

Or C’est qui le patron ! marche très bien. Il y a deux ans, quand Nicolas Chabanne, son initiateur, se lance dans cette aventure, il espère vendre sept millions de litres de lait par an. Deux ans plus tard, il vend plus d’un million de litres par semaines, soit 72 millions en deux ans. Et attention, ce n’est pas n’importe quel lait : c’est un lait qui rémunère les éleveurs.

Permettre aux agriculteurs de vivre décemment

On va payer 8 centimes de plus par litre. Soit 4 euros par an, qui vont permettre à nos agriculteurs de vivre décemment. Et à nous, consommateurs, de boire du lait issu de vaches heureuses, pâturant dans les prés, et nourries sans OGM. Qui dit mieux ? Et C’est qui le patron !, ce n’est pas uniquement du lait, ce sont 18 produits labellisés : du miel, du jus de pomme, du beurre… Et bientôt un contrôle citoyen des industriels ?

À lire aussi
Des bouchons dans les rues de Paris Grand Paris
Transports : les véhicules les plus polluants bientôt interdits autour de Paris

Nos chers industriels de l’agroalimentaire. Ceux qui d’habitude ne sont pas prompts - c’est un euphémisme - à dévoiler leurs coulisses sont allé d’eux-mêmes chercher C’est qui le patron !, et leur ont dit : "ben voilà, les consommateurs n’ont plus trop confiance en nous" - va savoir pourquoi hein ! -, "pourtant, on vous promet, tout n’est pas encore parfait, mais on progresse. Aidez-nous à le faire savoir."

Deal ! C’est qui le Patron ! relève le gant, et va se faire les dents sur Nestlé. Mais hors de question de servir de caution à la marque. Du coup, pour avoir droit au label des consommateurs, Nestlé accepte de jouer la transparence et d’ouvrir ses usines comme ses chaînes d’approvisionnement. C’est qui le Patron se rendra aussi sur le terrain à la rencontre des agriculteurs pour s’assurer qu’ils ne subissent aucune pression. Et si, ce matin, on était à la veille d’une grande révolution. J’ai envie d’y croire, et c’est comme ça !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Alimentation Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795206626
Alimentation : "Et si on était à la veille d’une révolution", demande Isabelle Saporta
Alimentation : "Et si on était à la veille d’une révolution", demande Isabelle Saporta
BILLET - Après deux ans d'existence, la "marque du consommateur" a changé le paysage de l'agroalimentaire, en commercialisant un lait qui rémunère les éleveurs.
https://www.rtl.fr/actu/conso/c-est-qui-le-patron-alimentation-isabelle-saporta-7795206626
2018-10-16 12:55:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Y1HHWYBN56-5Ea_mGRtHVg/330v220-2/online/image/2018/0523/7793502366_martial-et-martine-darbon-ont-lance-la-marque-de-lait-c-est-qui-le-patron.jpg