1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Vaccination des adolescents : 62.000 inscriptions pour la première journée
2 min de lecture

Vaccination des adolescents : 62.000 inscriptions pour la première journée

Le patron du site Doctolib, Stanislas Niox-Chateau, a estimé que l'adhésion des adolescents était plus forte que prévue.

Une adolescente française se fait vacciner contre le coronavirus dans un centre de vaccination parisien, le 15 juin 2021
Une adolescente française se fait vacciner contre le coronavirus dans un centre de vaccination parisien, le 15 juin 2021
Crédit : Come SITTLER / POOL / AFP
Louis Chahuneau & AFP

C'est une première réussie pour le gouvernement français. Pour le premier jour de vaccination des 12-18 ans ce mardi 15 juin, il y a eu 62.000 inscriptions : "C'est une très bonne surprise, une adhésion plus forte que prévu", a confirmé le patron du site Doctolib, Stanislas Niox-Chateau. 

Les adolescents chez qui la vaccination est "très bien acceptée" sont "force de conviction" pour les adultes, a pour sa part estimé le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, lundi sur RTL.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran avait récemment annoncé l'élargissement des critères de vaccination aux plus jeunes, afin d'accélérer encore et toujours la campagne. Les mineurs doivent être volontaires, avoir l'aval des deux parents, et être accompagnés d'un parent lors du rendez-vous médical. 

"Plus nous serons nombreux à être vaccinés et protégés, plus nous arriverons à terrasser le virus. Donc c'est une journée importante dans l'histoire de notre politique vaccinale", a déclaré Olivier Véran, en visitant un centre dans le 15e arrondissement à Paris.

Un seuil d'immunité collective pour l'instant à 66%

À lire aussi

Le Comité consultatif d'éthique national (CCEN) avait pourtant émis des réserves quand à l'ouverture de la vaccination aux adolescents. En effet, cette population présente peu de risque de développer une forme grave du coronavirus, même si 125 cas de syndromes inflammatoires pédiatriques ont été recensés en France.

"Est-il éthique de faire porter aux mineurs la responsabilité, en termes de bénéfice collectif, du refus de la vaccination (ou de la difficulté d'y accéder) d'une partie de la population adulte ?", s'était interrogé le conseil dans un avis publié le 9 juin. Pour autant, vacciner cette population permettrait d'éviter l'apparition de clusters à la rentrée scolaire et donc de devoir fermer les écoles. 

45,5% de la population était vaccinée le 13 juin, dont la moitié complètement, selon les chiffres de Santé publique France, mais il faudrait atteindre 66% de personnes vaccinées pour atteindre un seuil d'immunité collectif. Ce seuil permettrait, selon l'épidémiologiste Pascal Crépey, de lever toutes les mesures de précaution (masques, distanciation sociale, etc...). Lundi, Jérôme Salomon a déclaré sur RTL que l'obligation du port du masque en extérieur pourrait être levée le 1er juillet "si les conditions le permettent".

Mais il pourrait être revu à la hausse avec la pénétration du variant Delta sur le territoire français, 60% plus viral, qui menace le déconfinement britannique. En France, ce variant représente actuellement "entre 2 et 4% des cas positifs" de Covid-19 dépistés, soit "50 à 150 nouveaux diagnostics" par jour, a indiqué mardi Olivier Véran.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/