1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Vaccin Janssen : qu’est-ce que le syndrome de Guillain-Barré ?
1 min de lecture

Vaccin Janssen : qu’est-ce que le syndrome de Guillain-Barré ?

Les autorités sanitaires ont indiqué que le vaccin présentait un "risque" de développer cette affection, bien que la balance risques-bénéfices reste nettement positive. 100 cas sur plus de 12 millions d'injections ont été signalés.

Le vaccin Janssen de Johnson & Johnson contre la Covid-19 (illustration).
Le vaccin Janssen de Johnson & Johnson contre la Covid-19 (illustration).
Crédit : KAMIL KRZACZYNSKI / AFP
Victor Goury-Laffont

C'est un nouveau coup dur pour un vaccin qui n'a jusqu'à présent pas entraîné une grande adhésion des foules. La FDA, agence américaine en charge de l'autorisation et de la supervision des médicaments, a mis à jour sa fiche descriptive du vaccin de Johnson & Johnson, rajoutant le syndrome de Guillan-Barré parmi les risques liés à cette injection.

"Les chances" de développer les symptômes de cette maladie sont "extrêmement basses", souligne l'agence américaine. Le syndrome de Guillan-Barré est "une affection rare dans laquelle le système immunitaire du patient attaque les nerfs périphériques", explique l'OMS. Il se traduit par une faiblesse qui démarre dans les jambes mais peut se répandre au haut du corps, et peut, dans les cas graves, entraîner une paralysie des jambes, "la capacité à parler et à déglutir peut être touchée".

"La plupart des personnes atteintes du syndrome de Guillain Barré se rétablissent pleinement, même dans les cas les plus graves", tempère néanmoins l'organisation internationale. La FDA indique que les symptômes, dans les cas détectés, sont apparus "dans les 42 jours" qui ont suivi l'injection du vaccin.

100 rapports sur 12,8 millions d'injections

Selon la chaîne de télévision américaine CNN, 100 "rapports préliminaires" ont été soumis au système d'identification des effets secondaires des vaccins aux États-Unis, sur un total de 12,8 millions vaccin Janssen administrés.

À lire aussi

En France, ce vaccin est de très loin le moins utilisé des quatre autorisés, derrière ceux de Pfizer et BioNTech, de Moderna et d'AstraZeneca. Au 11 juillet, 614.761 injections ont été administrées, selon Covidtracker.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/