2 min de lecture Gouvernement

Vaccin anti-Covid : la France revoit la cadence à cause des retards de Pfizer

Le gouvernement va devoir ralentir quelque peu la cadence de vaccination afin de parer au ralentissement des livraisons de Pfizer.

Cette photo prise le 15 janvier 2021 montre des ampoules du vaccin Pfizer-BioNTech non diluées pour Covid-19, conservées à -70 ° dans un super congélateur de l'hôpital du Mans.
Cette photo prise le 15 janvier 2021 montre des ampoules du vaccin Pfizer-BioNTech non diluées pour Covid-19, conservées à -70 ° dans un super congélateur de l'hôpital du Mans. Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

Il y a des retards fâcheux, celui-ci est embarrassant et met un frein à une stratégie vaccinale déjà pointée du doigt pour sa lenteur. Pfizer a indiqué ce vendredi 15 janvier qu'il allait devoir ralentir les livraisons du vaccin anti-Covid développé avec BioNTech, ce qui oblige la France à "ajuster le rythme des vaccinations" contre le coronavirus en raison de la "forte baisse" attendue des livraisons dans les semaines à venir, a indiqué à l'AFP une source au sein de l'exécutif.

Des travaux temporaires sur une chaîne de production des vaccins en Belgique est à l'origine de ce retard, qui affecte l'approvisionnement de plusieurs pays européens. Toutefois, le gouvernement français a assuré que cela ne remettait pas en cause "le déploiement global de la campagne vaccinale".

La France, qui a déjà reçu 1,5 million de doses de vaccin Pfizer, en attendait 520.000 autres la semaine prochaine. À date de jeudi soir, 318.000 personnes avaient reçu une première injection du sérum, avec un objectif d'un million d'ici à fin janvier.

Des modifications pour ensuite augmenter la cadence

La révision de ce programme interviendra "dès que la France connaîtra exactement le niveau des futures livraisons", a précisé la source de l'AFP, en affirmant toutefois que la France avait "anticipé d'éventuels retards" dans sa gestion des livraisons. Le stock devrait ainsi permettre de continuer de vacciner, mais à une cadence plus mesurée qu'escomptée, alors que le pays est la cible, comme d'autres voisins européens, de critiques sur la lenteur de la campagne.

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus en France : 300 morts à l'hôpital, hausse des cas en réanimation

La firme américaine va donc, pour ses livraisons hors États-Unis, ralentir la cadence de fin janvier à début février. Le but est d'apporter des modifications dans le processus de fabrication qui, ensuite, permettront d'augmenter la cadence les semaines suivantes. 

Au final, en dépit de ce ralentissement des livraisons, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a assuré avoir eu la garantie de Pfizer que l'intégralité des doses attendues par l'UE au 1er trimestre seraient bien reçues. Ces contre-temps, qui ont déclenché le courroux de plusieurs pays européens, n'affecteront pas les États-Unis, a précisé le laboratoire américain. La France bénéficie par ailleurs aussi de doses du vaccin Moderna, à faible quantité pour l'heure (52.000 à cette date).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Médicaments Vaccin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants