2 min de lecture Urgences

Urgences : "On va dans le mur", dit le président de Samu-Urgences de France

INVITÉ RTL - François Braun, président de Samu-Urgences de France, estime que les services d'urgences, dont 65 sont en grève ce mardi 4 juin, n'auront pas "les moyens de faire face" à l'afflux de patients cet été.

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
L'invité de RTL Midi Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date : La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière et Paul Turban

"On ne doit pas mettre la vie des patients en danger par des actions qu'on peut comprendre mais qu'on ne peut pas forcément excuser." Alors que les urgentistes de l'hôpital parisien Lariboisière se sont mis en arrêt maladie cette nuit afin de protester contre leurs conditions de travail, François Braun, président de Urgences-Samu de France, soutient ces collègues, sur RTL, mais prend ses distances face au mode d'action.

S'il dit comprendre ses collègues "au bout du rouleau", le médecin juge "vraiment difficile" d'accepter cette action, qu'il juge être "une mise en danger des patients et une surcharge pour les autres services". 65 services d'urgences, sur les 750 que comptent la France, sont en grève.

François Braun explique que les services d'urgences n'auront pas "les moyens de faire face" à l'afflux de patients cet été, entre "les fermetures de lits de médecine pour donner des vacances au personnel" et "les médecins traitants qui comme tous les ans vont partir en vacances en même temps sans assurer la continuité des soins". Plus largement, il estime que la situation quotidienne des hôpitaux est catastrophique. 

Des urgences saturées, aux dépens des patients

"Plus on a de patients dans nos services, plus c'est dangereux pour eux-mêmes", regrette François Braun. Selon lui, la prise en charge dans un service d'urgences saturé augmente le risque de décès et de complication des patients durant leur hospitalisation

Cela fait plusieurs années qu'on alerte sur le fait qu'on va dans le mur.

François Braun, président de Urgences-Samu de France
Partager la citation
À lire aussi
Un manifestant portant un masque à gaz, le 1er octobre à Rouen Rouen
Incendie à Rouen : 224 personnes admises aux urgences et 8 hospitalisées

Le médecin urgentiste estime "qu'à peu près un patient sur deux se présentant aux urgences pourraient être pris en charge autrement". Ils devraient s'adresser à des médecins de ville, ou directement à d'autres services de l'hôpital. Selon lui, "si demain on diminue de 50 % la fréquentation des urgences, nos effectifs seront suffisants".

Alors qu'une journée nationale de grève est prévue ce jeudi 6 juin, François Braun espère une réforme globale des hôpitaux, mais aussi plus largement de la prise en charge des patients. Selon lui, des réformes peuvent être mises en place à l'échelle des hôpitaux, comme la question de la possibilité d'opérer les patients des urgences. "Des hôpitaux ont réussi à le faire grâce à la volonté de leur direction et de leur communauté médicale."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Urgences Hôpitaux Grève
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants