3 min de lecture Coronavirus

Tous Anti-Covid : quels changements par rapport à StopCovid ?

Disponible à partir du 22 octobre, la nouvelle version de l'application sera plus interactive et centrée sur les lieux à risque. Le gouvernement espère faire oublier l'échec de StopCovid, téléchargée par moins de 3 millions de Français en quatre mois.

L'application StopCovid n'a envoyé que 500 notifications en quatre mois
L'application StopCovid n'a envoyé que 500 notifications en quatre mois Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Faute d'avoir donné satisfaction avec seulement 2,5 millions d'utilisateurs et moins de 500 alertes envoyées en quatre mois, StopCovid va être relancée avec un nouveau nom et de nouvelles fonctions pour aider les autorités sanitaires à mieux tracer les chaînes de contamination alors que l'épidémie s'accélère à l'approche de l'hiver. 

Le président de la République Emmanuel Macron a indiqué mercredi 14 octobre en marge de l'annonce de la mise en place d'un couvre-feu que la nouvelle application de traçage du coronavirus sera baptisée Tous Anti-Covid

Disponible le 22 octobre, elle prendra la forme d'une mise à jour de StopCovid dont elle conservera l'architecture centralisée. En revanche, le gouvernement pourrait revoir le système de calcul des expositions à risque, rapportent CNews et Europe 1

Avec StopCovid, il fallait passer au moins quinze minutes à moins d'un mètre d'une personne positive au coronavirus pour être considéré à risque. Ce temps pourrait être abaissé pour alerter les utilisateurs à partir du moment où ils passent 5 minutes à côté d'une personne qui se déclare malade. Ce qui aurait pour effet d'augmenter mécaniquement le nombre de notifications envoyées par l'application.

Des actualités locales sur l'épidémie

À lire aussi
Caroline Dublanche Parlons-nous
Cancer du sein : un mari témoigne

L'une des priorités du gouvernement est de rendre Tous Anti-Covid plus interactive car de nombreux utilisateurs se sont plaints du fait qu'il ne se passait strictement rien sur StopCovid une fois l'application installée sur un smartphone.

"Ce sera une application (...) où il y aura des informations: comment circule le virus, où vous êtes, où sont les points pour se faire tester (...). Donc il y aura des informations générales, des informations plus particulières et locales", a détaillé le président de la République mercredi soir. 

Précisément, les utilisateurs pourront renseigner leur ville et leur région, explique BFMTV, pour accéder à des informations locales sur la progression de l'épidémie et les règles en vigueur dans les alentours. Ces données devront être fournies manuellement car l'application n'aura pas recours à la géolocalisation pour limiter son caractère intrusif. 

Des QR codes à l'entrée des lieux à risque ?

Le gouvernement veut également en faire "avec nos restaurateurs, avec l'ensemble des cafetiers (...) tous les professionnels, un outil pour mieux alerter, tracer" afin d'"identifier les foyers de contamination, les remonter et prévenir", a souligné Emmanuel Macron. 

Selon BFMTV, un système de QR code pourrait être mis en place dans les restaurants et les établissements susceptibles de recevoir du public pour mieux prévenir leurs visiteurs en cas de contamination. 

Sur le modèle de ce qui se fait au Royaume-Uni, ces codes enregistreraient une trace anonymisée du passage des utilisateurs pour pouvoir les avertir par la suite si un cas de contamination est détecté dans l'établissement. Cette fonction est aujourd'hui dévolue aux cahiers de rappel et leurs équivalents numériques qui n'offrent pas les meilleures garanties en matière de protection des données.

Plusieurs pistes encore à l'étude

Autre piste avancée par BFMTV, les utilisateurs qui ne souhaitent pas activer leur Bluetooth en continu pour préserver la batterie de leur téléphone seront invités à activer l'application manuellement à chaque fois qu'ils se rendent dans un lieu à risque, au restaurant, dans le métro, au travail ou dans un commerce.

Certaines rumeurs évoquent également la possibilité d'intégrer à l'application les futures attestations de sortie dérogatoires au couvre-feu qui sera en vigueur en Île-de-France et dans huit métropoles à partir de samedi. 

Joint par RTL, le cabinet du secrétaire d'État au numérique ne confirme pas ces fonctionnalités mais explique que plusieurs pistes sont encore à l'étude. "À partir du moment où l'on veut rendre l'application informative et interactive, tout un panel de solutions sont envisagées. Certaines seront en place le 22 octobre, d'autres plus tard".

La nouvelle application présentée jeudi prochain

Les changements apportés à Tous Anti-Covid seront présentés par le gouvernement lors d'un point presse jeudi 22 octobre. Pour favoriser l'adoption de l'application, le gouvernement va s'appuyer sur les restaurateurs mais aussi sur les professionnels de santé et le monde universitaire. 

"Il y aura une information spécifique à destination des étudiants", confirme l'entourage de Cédric O. Une expérimentation doit par exemple être menée à l'Université de Bordeaux, rapporte Rue89, où près de 18.000 étudiants des filières de santé seront vivement incités à la télécharger par leurs enseignants-chercheurs.

Le déficit de popularité de StopCovid contraste avec la forte adoption des applications de traçage allemande et britannique, bientôt téléchargées par plus de 20 millions d'utilisateurs dans leurs pays respectifs. Mais l'efficacité réelle de ces dispositifs dans la prévention des contaminations n'a pas encore été démontrée

Seuls quelques milliers de malades se sont enregistrés dans l'application outre-Rhin et de nombreux dysfonctionnements ont été observés au Royaume-Uni où certains utilisateurs n'ont pas pu enregistrer le résultat de leur test positif.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Connecté Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants