2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : StopCovid pas compatible avec les autres applications européennes

Les applications de traçage numérique contre le Covid-19 seront interopérables entre 17 pays de l'Union européenne. Mais pas avec la France qui a rejeté la solution d'Apple et Google au profit d'un système centralisé.

L'application StopCovid doit identifier les expositions au Covid-19 sur smartphone
L'application StopCovid doit identifier les expositions au Covid-19 sur smartphone Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

En matière de traçage numérique du coronavirus, la France nage à contre-courant du reste de l'Europe. Contrairement aux services équivalents de dix-sept pays européens, qui se sont mis d'accord sur une solution technique qui permet leur intéropérabilité, l'application développée par le gouvernement français ne fonctionnera pas au-delà des frontières de l'Hexagone. C'était l'une des principales critiques formulées par les opposants à StopCovid lors de son développement.

La plupart des pays européens (Allemagne, Autriche, Espagne, Italie, Suissie, etc.) ont prévu d'adopter un modèle décentralisé basé sur le protocole développé par Apple et Google où les contacts entre les utilisateurs sont conservés dans la mémoire des téléphones et aucune information n'est envoyée sur un serveur central. Cette solution doit garantir que les applications mises au point par ces pays fonctionneront dans un autre lorsque les restrictions de circulation seront levées pour mieux suivre la circulation du virus lors de la saison touristique. 


La France, comme la Hongrie et le Royaume-Uni, a rejeté la main tendue par Apple et Google pour développer une application "souveraine" qui repose sur une approche centralisée où les données collectées sont envoyées dans un serveur central qui gère l'identification des contacts et leur envoie une alerte si un utilisateur se déclare positif au Covid-19. Ce modèle est très difficile à concilier avec les applications décentralisées retenues dans les autres pays.

La Commission européenne se félicite que la majorité des États membres se soient mis d'accord sur des spécifications techniques et sur une décentralisation des données des téléphones. Mais elle déplore que la France se soit mise dans "une situation spécifique", qui soulève des problèmes d'intéropérabilité. Bruxelles va tout de même continuer de soutenir les travaux menés par les pays qui ont choisi une solution centralisée mais elle n'avance aucune date.

À lire aussi
Un respirateur dans une unité Covid d'un hôpital (Illustration). Coronavirus France
Coronavirus en France : avec 13.215 nouveaux cas en 24h, le "plan blanc" réactivé

Mise à jour : La position française est encore plus isolée depuis que le Royaume-Uni a décidé à son tour d'abandonner la piste d'une application centralisée. Le va finalement opter pour l'interface de Google et Apple, a fait savoir un journaliste de la BBC ce jeudi.

Les pays ayant déjà mis au point une application décentralisée peuvent désormais les mettre à jour pour permettre l'échange d'informations de façon bilatérale. L'exécutif européen va également mettre au point une interface commune pour recevoir et transmettre des informations pertinentes fournies par les applications nationales afin qu'une personne soit alertée si elle a été exposée à un utilisateur contaminé relevant d'une autre application. Le service devrait être opérationnel durant l'été.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Connecté Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants