2 min de lecture Maladie

Que sait-on de la maladie de Lyme, dont souffrent des dizaines de milliers de Français ?

Transmise aux humains ou aux animaux par la tique, la maladie de Lyme peut provoquer de la fièvre et des douleurs musculaires. Une zone d'ombre demeure sur l'existence ou non d'une forme chronique.

La tique, vecteur de la maladie de Lyme
La tique, vecteur de la maladie de Lyme Crédit : AFP / BERTRAND GUAY
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Le nouveau coronavirus ne fait pas disparaître les autres questions médicales, et notamment celles qui concernent la maladie de Lyme. Un cycle d'auditions a été ouvert, ce mercredi 16 septembre, par la Commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale, afin de faire le point sur "l'état des connaissances scientifiques" qui entourent cette maladie. 

"Un flou demeure autour de cette pathologie, sur sa prévalence, ses mécanismes de transmissions, ses manifestations cliniques, ses méthodes de dépistage et la stratégie thérapeutique a adopté", a annoncé, en ouverture de ce cycle, le député LR Stéphane Viry.

La maladie de Lyme est détectée pour la première fois aux États-Unis, dans les années 70. Elle émane de la bactérie Borrelia burgoferi, qui est transmise par la tique aux animaux et à l'homme. Si la piqûre peut parfois être constatée, même lorsqu'elle passe inaperçu, la bactérie peut s'être installée. 

Une maladie chronique ?

Parmi les symptômes, un patient peut développer une fièvre, souffrir de maux de tête, ressentir de la fatigue ou des douleurs musculaires et articulaires ou encore avoir des frissons. En temps normal, des antibiotiques sont prescrits et doivent permettre une guérison. 

À lire aussi
Un hôpital français durant l'épidémie de coronavirus (illustration) hôpitaux
En 2019, 3.400 lits d'hôpital ont été supprimés en France

Mais un désaccord existe au sein de la communauté scientifique : la maladie peut-elle exister sous une forme chronique, qui se manifesterait donc sur le long-terme ? Certains patients se plaignent en effet de symptômes persistants, après une maladie de Lyme traitée.

Pour certains scientifiques, ils pourraient s'agir de manifestations d'autres maladies, et un traitement aux antibiotiques prolongé serait donc déconseillé. D'autre,s en revanche, plaident pour une prise en compte d'une possible maladie chronique.

"Les symptômes chroniques existent, les patients qui ont des symptômes pendant longtemps existent", a assuré le docteur Pierre Tattevin, président de la Société de pathologie infectieuse de la langue française, devant l'Assemblée nationale, "la question principale c'est : 'comment faire pour leur rendre service le mieux possible?'".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maladie Médecine Assemblée nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants