1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Première naissance après une greffe d'utérus : "L'aboutissement d'un long parcours", dit le Pr Ayoubi
2 min de lecture

Première naissance après une greffe d'utérus : "L'aboutissement d'un long parcours", dit le Pr Ayoubi

INVITÉ RTL - En France une petite fille sur 4.500 naît sans utérus. Cette première naissance après une greffe de l'utérus donne donc "beaucoup d'espoir à beaucoup de patientes", estime le Professeur Jean-Marc Ayoubi.

Un bébé dans une maternité (illustration)
Un bébé dans une maternité (illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Première naissance après une greffe d'utérus : "L'aboutissement d'un long parcours", dit le Pr Ayoubi
06:04
Christophe Pacaud - édité par Marie Gingault

C'est une première médicale en France : une greffe d'utérus a permis la naissance d'un bébé. Misha, une petite fille d'1,845 kg est née vendredi 12 février à l'hôpital Foch à Suresnes, dans les Hauts-de-Seine (92).

La maman Déborah était née sans utérus et ne pouvait donc pas avoir d'enfant. Elle a été greffée il y a deux ans et a reçu l'utérus de Brigitte, sa maman. Une prouesse qui "donne de l'espoir à beaucoup de patientes", souligne le Professeur Jean-Marc Ayoubi, le chef de service de gynécologie-obstétrique et de médecine de la reproduction de l'hôpital Foch. 

Le 31 mars 2019, Déborah "avait reçu la greffe d'un utérus venant de sa mère et ça c'était très bien passé à l'époque. Et puis elle devait recevoir l'embryon un an après (...) mais elle est tombée en plein dans la crise Covid où le centre était fermé donc on a retardé le transfert d'embryon jusqu'au mois de juillet", explique Jean-Marc Ayoubi.

En France, une petite fille sur 4.500 naît sans utérus

Un transfert "qui a marché du premier coup (...) la grossesse s'est bien déroulée", précise le chef de service. "On a été obligé de la césariser parce qu'elle avait de la tension artérielle qui s'est développée progressivement", ajoute-t-il. Une véritable prouesse médicale puisque "la greffe d'utérus est une intervention qui est complexe par la vascularisation, par les vaisseaux, par la place de l'utérus", indique le médecin qui souligne qu'"il y a des risques pour la personne prélevée, moins pour la greffée". 

À lire aussi

Cette technique chirurgicale "n'a cessé d'évoluer, de s'améliorer, et la vingtaine d'équipes qui travaillent à travers le monde sur la transplantation utérine font tout pour faire de cette intervention une intervention plus simple, moins compliquée, qui sera à la portée de beaucoup d'autres équipes", assure le Professeur Jean-Marc Ayoubi.

En France, 1 petite fille sur 4.500 naît sans utérus, et certaines femmes perdent le leur lors de l'accouchement ou à la suite d'un cancer. "Plus qu'une prouesse, je dirais que c'est l'aboutissement d'un long parcours, d'un long projet de recherches qui a fédéré plus d'une vingtaine de chercheurs, et qui donne beaucoup d'espoir à beaucoup de patientes", se réjouit-il. 

Le document exclusif sur cette greffe et la naissance a été produit par Nova Production pour Zone Interdite. L'émission, présentée par Ophélie Meunier, est à découvrir dimanche 21 février à partir de 21 heures sur M6. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/