1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes vous explique comment éviter la lucite estivale
2 min de lecture

Michel Cymes vous explique comment éviter la lucite estivale

La "lucite estivale" est l’une des calamités de l’été les mieux partagées : elle touche une personne sur cinq mais peut se prévenir en se protégeant du soleil.

Le soleil (image d'illustration)
Le soleil (image d'illustration)
Crédit : DR
Michel Cymes vous explique comment éviter la lucite estivale
02:31
Michel Cymes vous explique comment éviter la lucite estivale
02:31
Michel Cymes

Ce matin, Michel Cymes s'adresse aux personnes qui se savent allergiques au soleil. Ou qui d’ailleurs, parfois, l’ignorent et se demandent pourquoi elles collectionnent les petits boutons quand reviennent les beaux jours.

Ces petits boutons, on appelle ça des lucites. Et la petite maladie qui va avec, c’est tout simplement "la Lucite estivale" et c’est l’une des calamités de l’été les mieux partagées parce que pas moins d’une personne sur cinq y a droit.

Bon, après, le terme "calamité" est sans doute un peu fort. Parce qu’il ne s’agit là que d’une éruption de boutons qui survient sur les zones de la peau exposées au soleil. Mais c’est quand même dommage parce que, précisément, s’il est une période où l’on aime se dénuder un peu et avoir une peau attirante, c’est bien l’été.

Qui est concerné en priorité ?

Fatalement, les personnes qui s’exposent au soleil de façon un peu trop intense et en négligeant de se protéger correctement. Plus la peau est blanche, plus on est dans la cible. Et, cible dans la cible : les femmes jeunes. Et ça tombe mal parce que ce sont souvent les plus sensibles à leur look.

À lire aussi

Bien sûr, rien de dramatique, dans la mesure où les boutons rouges disparaissent au bout de quelques jours. Mais l’idée, c’est de préparer l’avenir.

Si vous avez une poussée cet été, vous augmentez le risque d’une récidive l’an prochain. Et en général, les choses ont tendance à s’aggraver. En d’autres termes, à l’avenir, vous risquez de connaitre des éruptions plus précoces, présentes sur de plus grandes zones du corps, pour un temps d’exposition moins long… Bref, vous perdez sur tous les tableaux.

Comment la prévenir ?

On peut s’y atteler même si on ne connait pas précisément toutes les causes de la maladie. Une chose est sûre, ce sont les UVA qui sont responsables de cette lucite estivale. Donc, la solution passe par une protection béton et un écran total contre les UVA, en tout cas au début des vacances. Ensuite, vous pouvez baisser un peu la garde si votre peau devient un peu hâlée. Si on parle de "hâle protecteur", ce n’est pas pour rien. 

Par ailleurs, les conseils habituels qui valent pour se protéger du soleil (et des maladies de peau plus graves, comme le mélanome) restent d’actualité. Restez autant que faire se peut à l’ombre, portez des vêtements certes légers mais qui vous couvrent.

Une dernière chose. Dans cette chronique, j’ai tu le cas des lucites "polymorphes". D’une part parce qu’elles sont beaucoup plus rares. D’autre part parce que c’est une autre paire de manche qui nécessite, si vous êtes concerné, que vous en parliez à votre médecin parce que les symptômes sont plus spectaculaires, plus gênants (ils peuvent toucher le visage) et demandent une discipline de fer par rapport au soleil. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/