1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes : le cancer du sein touche aussi les hommes, quels sont les symptômes ?
2 min de lecture

Michel Cymes : le cancer du sein touche aussi les hommes, quels sont les symptômes ?

Depuis plusieurs années, le mois d’octobre s’habille en rose pour sensibiliser les femmes à l’importance du dépistage du cancer du sein. Aujourd’hui, on lui ajoute une petite touche de bleu, parce que ce cancer peut aussi toucher les hommes. Explications avec Emma lors de l'émission hebdomadaire de Michel Cymes sur RTL.

Des tumeurs coupables d'un cancer du sein
Des tumeurs coupables d'un cancer du sein
Crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Michel Cymes décrit les syndromes du cancer du sein chez les hommes
32:34
Michel Cymes

Depuis plusieurs années, le mois d’octobre s’habille en rose pour sensibiliser les femmes à l’importance du dépistage du cancer du sein. Aujourd’hui, on lui ajoute une petite touche de bleu, parce que ce cancer, il peut aussi toucher les hommes.

Et ça, on en parle moins. Il faut dire que c’est beaucoup plus rare : moins de 1% des cancers du sein touchent les hommes. Mais comme c’est le plus fréquent et le plus meurtrier chez les femmes, avec 58.000 nouveaux cas détectés par an, 1%, ça fait 580 hommes touchés par le cancer du sein, chaque année en France.

Les hommes ont des seins. Oui, avec du tissu mammaire sous vos petits tétons. C’est juste que les vôtres sont moins développés que les nôtres. Et c’est important de le savoir, justement pour être vigilants et éviter les diagnostics tardifs, qui pèsent sur le pronostic. 

Une grosseur ou un écoulement doivent alerter

Les symptômes qui doivent alerter, ce sont sensiblement les mêmes que chez la femme. On rappelle donc, pour tout le monde, les signes à observer. Une masse, une grosseur dans le sein, qui ne fait pas mal. Un léger écoulement ou des saignements du mamelon. Ou alors un mamelon qui se rétracte vers l’intérieur. Autre signe : des ganglions enflés au niveau de l’aisselle. Tout ça n’est pas normal ; ça ne veut pas dire que c’est un cancer, mais ça vaut le coup de consulter.

À lire aussi

Il y a aussi des facteurs de risque à prendre en compte. Le premier, c’est l’âge : on en diagnostique davantage chez les hommes de plus de 60 ans. Et puis il y a la question des antécédents familiaux. Oui, les hommes ayant un proche parent, homme ou femme, qui a eu un cancer du sein, présentent plus de risques. Et plus on compte de parents proches touchés, plus le risque augmente. 

Parmi les facteurs de risque, il y a aussi la prédisposition génétique, notamment liée au gène BRCA 2. Et dans la famille des troubles génétiques, il y a le syndrome de Klinefelter. Ça se traduit par un taux d’androgènes (hormones mâles) très bas et un taux d’œstrogène (les hormones féminines) élevé. C’est très rare, mais c’est important à souligner, avec l’exposition aux rayonnements et la cirrhose du foie. Je rappelle que ce sont des risques, en aucun cas des certitudes. Ça mérite juste un peu plus de vigilance, peut-être.

Il est important de se faire dépister

Le traitement, c’est le même que pour la femme. Il repose sur la chirurgie, la radiothérapie et la chimio. L’hormonothérapie, aussi, adaptée aux hommes, bien sûr. Sachant que ça mérite d’y voir plus clair.

Oui, la Fondation Cancer du Sein du Québec indique que l’on connait moins bien ce cancer masculin. Qu’il y avait, jusqu’ici, peu d’études qui recrutaient des hommes. Ils ne sont pas non plus concernés par le dépistage organisé, chez nous. D’où l’importance de se dépister soi-même ! Donc, homme ou femme, on s’observe dans le miroir, on se palpe aussi, au niveau du sein et de l’aisselle et si l’on détecte quelque chose d’anormal, on va consulter.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/